Des bourgmestres opposés aux convois de déchets radioactifs

Les bourgmestres d'une vingtaine de villes et communes de Flandre demandent la suspension de transports de déchets nucléaires hautement radioactifs qu'ils ne veulent pas voir transiter sur le territoire de leur entité lorsque ces déchets sont acheminés de Borssele (Pays-Bas) vers La Hague (France).

Une lettre reprenant les termes de leur requête a été adressée par l'intermédiaire de l'Union des Villes et Communes flamandes à l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) ainsi qu'à la ministre de l'Intérieur, Annemie Turtelboom, a indiqué lundi le bourgmestre de Gand, Daniël Termont.
 

Une dizaine de transports de combustibles nucléaires usés mais encore hautement radioactifs sont prévus d'ici la fin de l'année 2012. Deux convois au moins devraient relier cette année encore la centrale néerlandaise de Borssele à l'usine de retraitement de La Hague en France.
Les bourgmestres des 22 communes dénoncent le fait qu'ils n'ont aucun droit de regard sur les autorisations octroyées à ce type de transport alors qu'ils sont responsables de la sécurité dans leurs localités.
"Il ne nous semble pas responsable d'exclure d'une manière aussi extrême la réglementation publique qui est pourtant inscrite dans Constitution", soulignent les vingt-deux édiles dans leur missive adressée à Mme Turtelboom.
Ils demandent la suspension de ces transports de déchets nucléaires en attendant qu'une réglementation claire en la matière soit édictée ainsi que la mise en place d'une concertation avec les pouvoirs locaux.
Parmi ces villes figurent notamment Menin, Saint-Nicolas, Merelbeke, Courtrai, Malines, Gand ou encore Anvers. Dans le Hainaut, la ville de Mouscron s'est également jointe à cette demande.