La fin du nucléaire en Allemagne coûte cher en Belgique

La fermeture le 15 mars de sept centrales nucléaires allemandes a entraîné une augmentation de 4,5 euros par MWh, soit environ 8 pc, des prix de l'électricité en Belgique sur la bourse Endex, la référence pour les consommateurs industriels.

Par ailleurs, la fermeture de toutes les centrales allemandes d'ici 2022 va entraîner une hausse d'environ 20 pc du prix de l'électricité en Belgique sur le marché au comptant, estime la Commission pour la régulation de l'électricité et du gaz (CREG) dans une étude.

Après la catastrophe de Fukushima, le gouvernement allemand a décidé de fermer 7 centrales nucléaires. Ce qui a entraîné, d'après la CREG, une hausse à court terme de 4,5 euros par MWh des prix de l'électricité en Belgique sur l'Endex.
La CREG ne parle pas de l'impact sur les (petits) consommateurs résidentiels, car ce prix dépend notamment des coûts de distribution, de transport et des taxes, a précisé un porte-parole. Le prix total de la facture d'électricité pour le client résidentiel en Belgique dépend, pour environ 40 pc, du prix sur le marché de commerce en gros.
La CREG a également constaté que l'Allemagne n'est plus exportateur mais importateur d'électricité depuis le 15 mars.
Enfin, si 12.008 MW de capacité nucléaire sont supprimés en Allemagne d'ici 2022, le régulateur belge de l'énergie s'attend à une hausse d'environ 20 pc du prix de l'électricité sur le marché au comptant en Allemagne et, en raison des liens entre les marchés, à une augmentation en Belgique.