Les six partis négocient les pensions

Le formateur Elio Di Rupo (PS) et les partis négociant la formation d’un gouvernement fédéral (PS, SP.A, CD&V, CDH, Open VLD et MR) se penchent ce jeudi sur la réforme du système des pensions, après avoir discuté mercredi de la réforme du marché de l’emploi. Le but est d’encourager les personnes actives à rester plus longtemps au travail, tout en maintenant l’âge légal de la pension à 65 ans.

Les douze représentants des six partis politiques (2 représentants par parti) qui négocient en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral se sont retrouvés ce jeudi vers 11h avec le formateur Elio Di Rupo, dans les locaux de la Chambre. Ils abordent la réforme du système des pensions.

D’après la note de discussion rédigée par Elio Di Rupo, il deviendrait plus difficile d’accorder une pension anticipée, alors qu’une activité professionnelle après l’âge de 65 ans ne serait plus découragée. L’âge légal de la pension demeurerait 65 ans, mais les personnes actives seraient encouragées à travailler plus longtemps.

Les pensions des fonctionnaires ne seraient progressivement plus calculées sur base des 5 dernières années de carrière, mais sur base des 10 dernières années. Le montant de la pension minimale devrait également augmenter de 2% chaque année.

Réforme du marché du travail

Ce mercredi, les partis négociateurs ont discuté jusqu’à 23h30 de la réforme du marché du travail. Un consensus serait en préparation au sujet d’allocations moins élevées pour les chômeurs de longue durée.

Parallèlement, certains groupes de travail thématiques composés d’un représentant politique et d’un technicien par parti poursuivent leurs travaux. C’est le cas du groupe « international » (politique étrangère, Europe et Défense), des groupes « fonction publique », « transition écologique et protection du consommateur », et « sécurité et police ». Ce vendredi, des groupes « asile et immigration » et « entreprises publiques » devraient être mis en place.