Guy Vanhengel très inquiet pour le budget

Dans une interview accordée ce lundi matin à la première chaîne radio de la VRT, le ministre démissionnaire du Budget, Guy Vanhengel (Open VLD), affirme se faire de gros soucis au sujet de la confection du budget 2012 et craint que les six partis négociateurs et le formateur Elio Di Rupo n’arrivent pas à la terminer à temps. « Les efforts à réaliser sont supérieurs à ce qui avait été escompté, mais je suis irrité de voir que les partis négociateurs n’en sont encore qu’à la phase de démarrage ».

C’est ce lundi que les six partis politiques qui négocient depuis des semaines en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral recevront du Conseil supérieur des Finances les chiffres remis à jour au sujet des efforts financiers que devront fournir l’Etat fédéral et les trois Régions. « Les partis et le formateur pourraient encore demander au Bureau du Plan et à d’autres instances de refaire ces mêmes calculs », fulminaient le ministre démissionnaire du Budget, Guy Vanhengel, ce lundi matin dans l’émission « De Ochtend » de la première chaîne radio de la VRT. « Cela m’inquiète qu’ils recherchent toutes sortes de choses pour ne pas faire ce qui est nécessaire », commentait le ministre.

« La loi prévoit que le budget doit être prêt pour le 31 octobre, donc aujourd’hui. Mais à ma grande irritation, les négociateurs n’en sont qu’à la phase de démarrage ». Guy Vanhengel avoue se faire « de sérieux soucis » au sujet du budget 2012, et douter qu’il puisse encore être bouclé avant la fin de l’année. S’il n’était pas terminé, « nous devrons recourir aux douzièmes provisoires ».

Ce système prévoit que les ministres reçoivent chaque mois un douzième du total du budget qui était prévu pour leur département en 2011. « Cela a encore fonctionné l’an dernier, parce qu’un budget avait été confectionné fin 2009 pour 2010 et 2011. Mais actuellement, l’assainissement nécessaire est tellement important que les mesures prévues à l’époque sont insuffisantes. Elles ne nous permettront jamais d’atteindre les objectifs fixé par l’Europe ».

Et le ministre du Budget de préciser que les propositions actuelles pour le budget 2012, faites par le formateur Elio Di Rupo, se basent sur une prévision de croissance de 1,6% du produit intérieur brut en 2012. « Mais ces prévisions doivent être revues à la baisse, comme cela a déjà été le cas en France et en Allemagne. La croissance stagne. Ce qui signifie que nous devrons encore économiser un milliard d’euros supplémentaire ».

Guy Vanhengel estime que le montant total des économies nécessaires avoisinera les 11 milliards d’euros, rien que pour l’an prochain.