Luc Coene réclame des accords clairs sur la répartition de l’effort budgétaire

Luc Coene, le gouverneur de la Banque nationale renvoie la balle au ministre-président flamand Kris Peeters. Interrogé ce vendredi matin lors de l’émission De ochtend (VRT) il a estimé qu’il est logique que les entités fédérées affichent un excédent pour que, de son côté, l’Etat fédéral puisse afficher un budget en équilibre en 2015. Sinon il y aura de graves conséquences averti Luc Coene.

"Les chiffres du Comité supérieur des Finances sur les collectivités locales montrent qu’il faudra une participation des régions dans l’élaboration du budget fédéral des prochaines années" a-t-il déclaré.

Ces chiffres ont été très critiqués de la part des partis politiques. Des critiques que Luc Coene n’a pas appréciées. "C’était comme si mes collaborateurs n’avaient pas bien fait leur travail, comme si nous ne pouvions pas faire notre travail de manière indépendante or ces chiffres sont corrects" a-t-il ajouté.

Lundi, le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) avait répété que la Flandre voulait conserver un budget en équilibre, donc sans excédent afin de venir en aide au niveau fédéral.

Luc Coene a encore estimé que la Banque nationale ne faisait pas de politique en disant que les régions doivent contribuer à l’effort.

"Nous ne donnons pas d’ordre. C’est simplement logique que les régions affichent un excédent. C’est une conséquence de la loi de financement. Il divise le coûts du vieillissement de la population sur le niveau fédéral et les Régions".
 

Les désaccords ne vont que s'accentuer

"Continuer à refuser cela peut avoir des conséquences graves", prévient Coene. "Soit le gouvernement fédéral ne fait rien mais alors nous n’atteignons l’objectif fixé dans le Programme de stabilité et nous risquons de subir les sanctions de l’Europe . ou alors le gouvernement fédéral décide de faire seul l’effort mais alors c’est la sécurité sociale qui risque d’être remise en danger. En 2015, le budget devra être en équilibre et tout le monde doit coopérer pour atteindre cet objectif".
Toujours selon le gouverneur de la Banque nationale, "le partage des coûts du vieillissement de la population n’est pas mieux réglé dans la nouvelle loi de financement qui a résulté de l’accord des huit paris en vue d’une 6ème réforme de l’Etat.  "Les désaccords entre le niveau fédéral et les entités fédérées ne feront qu’augmenter pour savoir qui devra le plus contribuer. La Belgique ne peut pas fonctionner avec cette incertitude". permanente » a encore déclaré Luc Coene.

Muyters: pas de lien entre les surplus des Régions et la sécu

Le ministre flamand du Budget, Philippe Muyters (N-VA), s'en est pris vendredi après-midi au gouverneur de la Banque nationale et président de la section "besoins de financement" du Conseil supérieur des finances (CSF), Luc Coenen.

"Cela ne tient pas la route. Ce sont des déclarations indignes d'un gouverneur", a dit Philippe Muyters à l'agence Belga.
Pour lui, faire le lien entre les surplus demandés aux Régions et la nécessité d'économiser dans la sécurité sociale et absurde et mensonger.
"Ce n'est pas parce que la Flandre, la Wallonie et Bruxelles enregistrent des surplus que la facture de la sécurité sociale sera soudain en ordre. Il faudra toucher au budget de la sécurité sociale et cela n'a rien à voir les surplus des Régions", a dit Philippe Muyters.