Votre assureur est-il votre ami sur Facebook ?

Les compagnies d'assurance passeraient de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter afin de démasquer d'éventuelles fraudes à l'assurance, révèle Het Laatste Nieuws. Lorsqu'il est prouvé qu'un assuré a fraudé, son dossier peut être renvoyé au parquet.

"Il n’y a pas que le fisc qui épluche les réseaux sociaux, les compagnies d’assurance passeraient aussi de plus en plus de temps sur Facebook ou Twitter en vue de démasquer d’éventuelle fraudes" explique Wauthier Robyns d'Assuralia.

Les assureurs vérifient donc sur les réseaux sociaux comme Facebook que ses affiliés respectent bien les termes de leur police d'assurance et ne tentent pas de trafiquer leur dossier.

Par exemple lorsqu'une personne est déclarée en incapacité de travail mais sur son profil Facebook montre qu’elle est en parfaite santé. Les compagnies d'assurance collaboreraient même souvent avec des détectives-privés. Jan Claus du bureau de détectives privés anversois Claus en Partners a déclaré à Het Laatste Nieuws que "seules les informations disponibles à tout le monde peuvent être utilisées. Il est par contre interdit de se faire passer pour un ami proche pour entrer en contact avec les personnes qui limite l’accès à leur profil".
Il suffit donc pour les fraudeurs de bloquer l'accès à leurs informations personnelles à tous les utilisateurs qui ne sont pas des amis proches.
Lorsqu'il est prouvé qu'un assuré a fraudé, son dossier peut être renvoyé au parquet. "Toute tentative de fraude est passible de poursuites", rappelle Wauthier Robyns.