Dewael veut l’Open VLD au gouvernement flamand

Le chef de groupe des libéraux flamands à la Chambre (photo principale) estime que le gouvernement régional doit être élargi à son parti pour parvenir à réaliser une importante réforme d’Etat et assainir les finances publiques. Les partis du gouvernement flamand rejettent néanmoins l’offre de service de Patrick Dewael.

Les libéraux flamands se trouvent depuis quelques mois dans une position inconfortable. Alors que leur président, Alexander De Croo (photo, à dr.), participe aux négociations avec le MR, le CD&V, le CDH, le SP.A et le PS en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral, Open VLD séjourne dans l’opposition au gouvernement flamand. Une situation malsaine, estime Patrick Dewael dans une interview accordée aux quotidiens Het Belang van Limburg et Gazet van Antwerpen.

« Si les choses continuent comme maintenant, cela ne marchera pas. Nous avons à faire à un fédéralisme de combat. Le gouvernement flamand préfère dépenser tout son argent plutôt que de faire des efforts supplémentaires pour assainir les finances fédérales. Comme si les Flamands n’étaient pas des Belges », déclare Patrick Dewael, chef de groupe des libéraux flamands à la Chambre, aux deux quotidiens.

« C’est la raison pour laquelle je plaide pour que les partis qui font actuellement partie du gouvernement fédéral siègent aussi au gouvernement régional. On ne pourra réaliser de nombreuses réformes et assainir les finances publiques que si tout le monde regarde dans la même direction. Open VLD doit entrer au gouvernement flamand. Pas pour y remplacer un autre parti, mais comme parti supplémentaire. Il y a d’ailleurs suffisamment de place pour cela : il y a actuellement 9 ministres alors qu’il peut y en avoir jusqu’à onze. C’est parfaitement justifiable », estime Dewael.

Patrick Dewael ne fait cependant pas allusion au fait que le parti nationaliste flamand N-VA fait bien partie du gouvernement flamand alors qu’il ne compte plus au nombre des partis négociateurs en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral.

"Les arguments de Dewael n’ont pas de sens"

Les partis de la coalition gouvernementale flamande - à savoir le CD&V, le SP.A et la N-VA - ont rejeté ce jeudi l’offre de service de l’ancien président de la Chambre.

« Les arguments de l’Open VLD pour monter dans le gouvernement flamand n’ont tout simplement pas de sens », a déclaré jeudi matin le ministre-président flamand Kris Peeters (photo) à la VRT. Il confirme sa volonté de terminer en 2014 la législature de 5 ans avec sa coalition actuelle. « Je ne comprends pas pourquoi l’Open VLD pose cette question ». Le ministre flamand des Affaires Intérieures, Geert Bourgeois (N-VA), a renchéri que le gouvernement flamand n’avait pas besoin de l’Open VLD « pour mener une bonne politique ».

Selon Kris Peeters, il n’est absolument pas question de « fédéralisme de combat » puisque le gouvernement flamand a un budget en équilibre et contribue aux finances fédérales.