Mise en garde européenne pour la Belgique

La Commission européenne publie ce jeudi des prévisions de conjoncture qui ne sont pas roses non plus pour la Belgique. Selon elle, notre pays connaîtra en 2012 un taux de croissance de 0,9%, qui se traduirait par un déficit de 4,6% du PIB - soit bien au-delà des normes européennes - si des économies ne sont pas réalisées dans le budget 2012. La Commission européenne donne une nouvelle date limite à la Belgique, soit mi-décembre, pour avoir décidé de mesures budgétaires pour l’an prochain. Sans quoi notre pays risque des sanctions.

Dans le rapport de la Commission européenne, la Belgique figure sur une "liste noire" avec 4 autres pays de l'Union.

Le taux de croissance de 0,9% escompté pour la Belgique pour 2012 par la Commission européenne représente néanmoins 0,1% de mieux que la prévision sur laquelle se basent actuellement les six partis politiques et le formateur Elio Di Rupo (PS) qui négocient en vue de la confection d’un budget 2012 et de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral.

A politique inchangée, ce taux de croissance entraînera un déficit de 4,6% du produit intérieur brut (PIB) pour le budget d’Etat l’an prochain, prévoit la Commission européenne. Une mise en garde claire.

Les négociateurs (photo) du PS, du SP.A, du CD&V, du CDH, d’Open VLD et du MR sont actuellement à la recherche d’économies de l’ordre de 11,3 milliards d’euros au fédéral pour parvenir à maintenir le budget d’Etat à 2,8% de déficit l’an prochain. Ils ont réaffirmé tout récemment leur volonté de ne pas s’autoriser un déficit plus important, pour respecter les accords au niveau européen.

Dans d’autres domaines également, la Belgique reçoit de mauvais points de la Commission européenne. La dette publique devrait à nouveau dépasser les 100% en 2013, et puis la croissance trop rapide des salaires en Belgique réduit la compétitivité du pays, tandis que les marchés financiers perdent confiance.

En mai dernier, la Commission européenne avait encore fait des prévisions un peu plus optimistes. Ce jeudi, elle estime néanmoins que l’Union risque de connaître une nouvelle « phase de récession », si des mesures drastiques ne sont pas prises. Sa prévision de croissance pour la zone euro l’an prochain est maintenant de 0,5%, contre encore 1,8% précédemment.

Pour l’ensemble de l’Union, la Commission européenne prévoit un taux de croissance de 0,6% en 2012, soit encore moins que pour la seule Belgique.