"Eviter que la Belgique ne devienne la prochaine proie des marchés"

Le commissaire européen chargé du Commerce, Karel De Gucht (Open VLD) était l'invité du programme dominical de la VRT "De zevende dag", il y a lancé un avertissement aux négociateurs pour qu’ils se mettent d’accord rapidement sur le budget et sur les mesures socio-économiques qui seront adoptées. "Sinon les marchés financiers risquent de se focaliser sur la Belgique".

Karl De Gucht a utilisé une métaphore footballistique et a estimé que "la Belgique était depuis assez longtemps dans le temps additionnel. Cela signifie que nous pouvons encore gagner, en confectionnant rapidement le budget 2012, mais cela veut dire aussi que nous pouvons encore perdre".

"J’espère que cela n’ira pas si loin, mais nous devons savoir que les autres proies des marchés financiers sont pour l’instant protégées", a averti Karel De Gucht.

Ce dernier faisait allusion à la Grèce et à l’Italie, des pays où les plans d’économie ont été approuvés et où un nouveau gouvernement va être mis en place.

"Nous devons donc être prudent pour ne pas devenir la prochaine victime des marchés financiers".

Même en Belgique, les choses pourraient aller très vite

"Nous pouvons encore éviter cela. Même en Belgique les choses pourrait aller très vite lorsque la pression des marché augmente. Nous ne pouvons pas continuer de tourner autour du pot.
"La Commission européenne parle sérieusement" averti Karel de Gucht. Jeudi , l’Union européenne avait rappelé la Belgique à l’ordre. « Si à la mi-décembre, le budget n’est toujours pas approuvé alors il y aura des sanctions.

Selon la Commission, notre pays connaîtra en 2012 un taux de croissance de 0,9%, qui se traduirait par un déficit de 4,6% du PIB - soit bien au-delà des normes européennes - si des économies ne sont pas réalisées dans le budget 2012.

Pas d'accord sur le budget ce week-end

Les négociateurs des six partis engagés dans la recherche d'un accord de majorité fédérale se sont retrouvés dimanche midi à la présidence de la Chambre pour poursuivre leur travail de préparation du budget 2012.

Il se confirme que l'exercice ne sera pas terminé à l'issue du week-end.
Samedi, le travail avait connu une progression lente, mais en profondeur sur le volet des dépenses.
La plupart des négociateurs se sont refusés à tout commentaire, à leur arrivée au parlement fédéral.
Il semble que la journée de dimanche sera consacrée exclusivement à la poursuite du travail sur les dépenses. Ce n'est que par la suite que l'on pourra s'attaquer aux recettes et aux éventuelles nouvelles charges.