“La Belgique à 4 est une conséquence logique”

"Une Belgique à quatre est une conséquence logique de la réforme de l’Etat". C’est ce qu’a répété le ministre-président germanophone Karl-Heinz Lambertz à l’occasion de la fête de la Communauté germanophone qui se tient ce mardi. Selon lui, l’actuelle réforme ne permet par exemple pas à la Communauté germanophone de percevoir des impôts.

"A travers cette nouvelle réforme de l’Etat, notre Communauté obtient de nombreuses nouvelles compétences et responsabilités", a indiqué ce matin Karl-Heinz Lambertz lors de l’émission "De Ochtend" sur Radio 1 (VRT). "Nous devrons discuter du système de financement avec la Région Wallonne afin de voir s’il nous est possible de percevoir nos propres impôts".

"Il est très important qu’en tant que Communauté germanophone nous puissions avoir davantage de compétences. Il est certain que la Belgique évolue vers un pays à quatre Régions à part entière. Nous venons de faire un pas dans cette direction car la Communauté germanophone obtient une position plus importante. La Communauté française devient plutôt un instrument de collaboration entre Bruxelles et la Région Wallonne", souligne encore le ministre-président germanophone.

Lors de son discours tenu hier soir à l’occasion d’une réception à Grüfflingen, Karl-Heinz Lambertz a rappelé que tous les partis reconnus au parlement se sont accordés, en juin dernier, pour répéter que la Communauté germanophone est "prête, disposée et en mesure de prendre en charge les compétences qui lui seront transférées" à la suite de la réforme de l'Etat.

Le ministre-président germanophone a également rappelé que la date du 15 novembre, également fête du Roi, n’avait pas été choisie par hasard. "C'est une manière d'exprimer une certaine gratitude envers notre patrie, la Belgique et envers notre famille royale pour la place accordée à la minorité germanophone au sein de l'Etat Belge".

Avec ses 76.000 citoyens, la Communauté germanophone est la plus petite communauté au sein de l'Etat belge.