Les négociateurs planchent sur le budget

Les six partis politiques qui préparent la formation d’un nouveau gouvernement fédéral et le formateur Elio Di Rupo se sont quittés vers 1 heure du matin, après avoir discuté des recettes et des réformes structurelles. Ils se retrouvaient ce mardi dès 13h, pour poursuivre leurs discussions sur le volet des pensions.

Après avoir parcouru pendant le week-end le volet des dépenses publiques, les négociateurs et le formateur se sont penchés ce lundi sur le volet des recettes, dans le cadre de l’élaboration d’un budget pour 2012.

En soirée, les représentants des six partis CD&V, CDH, PS, SP.A, Open VLD et MR se sont ensuite attelés aux réformes socio-économiques structurelles, et plus précisément au marché de l’emploi. Il s’agissait notamment de prendre des décisions en matière d’allocations d’attente pour les jeunes qui n’ont pas encore exercé un emploi. L’accès à ces allocations sera prolongé de 6 mois, pour n’entrer en vigueur qu’au terme d’un an d’attente. Les Régions devront aussi effectuer quatre évaluations pour vérifier la réelle volonté des chômeurs de trouver et accepter un emploi.

Les allocations de chômage seront progressivement diminuées. Les libéraux se montrent très critiques face au fait que l’octroi d’allocations ne soit pas limité dans le temps. Les six partis sont par contre parvenus à s’accorder sur le montant de la rente nucléaire, fixé maintenant à 550 millions d’euros.

Ce mardi, les négociateurs devaient se pencher sur une autre réforme structurelle, à savoir celle des pensions. Le formateur Elio Di Rupo propose de maintenir l’âge légal de la pension à 65 ans, ce en quoi la plupart des partis négociateurs lui donnent raison. Les libéraux ne sont cependant pas vraiment d’accord de limiter à 15% les revenus supplémentaires que pourront encore percevoir les personnes retraitées. D’autre part, l’âge de la pension anticipée passera progressivement de 60 à 62 ans. Les négociateurs n’étaient pas encore d’accord ce lundi sur les conditions de prépension.