Record d’écart entre les taux belge et allemand

Après l’Espagne et l’Italie, la Belgique est entrée dans le collimateur des investisseurs obligataires. Le taux des obligations à 10 ans a encore augmenté, tandis que le « spread » entre les taux à long terme belge et allemand a atteint un pic. Il était presque quatre fois plus élevé qu’il y a 6 mois.

Alors que les négociations en vue de la confection d’un budget 2012 et en définitive de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral se poursuivent lentement, les marchés financiers internationaux perdent confiance en la Belgique et ont bel et bien pris notre pays pour cible. Ce mardi à la mi-journée, le taux des obligations belges à 10 ans s’établissait en effet à 4,74% - ce qui représente encore 20 points de plus que ce lundi.

L’écart - ou « spread » - entre les taux à long terme belge et allemand avait atteint ce lundi un record de 279 points de base. Ce mardi, il s’est encore accentué, pour atteindre environ 300 points de base (soit 4,77% pour le taux belge et 1,77% pour l’allemand).

La différence du taux entre la Belgique et l’Allemagne est maintenant presque quatre fois plus élevée qu’il y a 6 mois.

Ce mardi, la Belgique était ainsi un des plus mauvais élèves de la zone euro. Mais en Espagne et en Italie également, le taux de 10 ans continuait à grimper, pour atteindre près de 7% en Italie.