Un quart des Bruxellois de confession musulmane

Bruxelles compte 250.000 personnes de confession musulmane, dont 125.000 pratiquants réguliers. C’est en tous cas ce qui ressort d’une étude réalisée par le professeur de sociologie Felice Dassetto, de l’Université catholique de Louvain (UCL).

Publiée sous forme d'un livre intitulé "L'Iris et le Croissant", cette étude recense plus de 200 associations "islamiques", dont 77 mosquées, 86 associations culturelles et religieuses, 11 instances éducatives, 18 librairies et 11 sites internet. En tant que président du Cismoc (Centre interdisciplinaire d’études de l’Islam dans le monde contemporain), le professeur Felice Dassetto étudie depuis plus de 30 ans des sujets relatifs aux musulmans, à la radicalisation et à l’interculturalité.

Selon cette étude, plus de 250.000 Bruxellois, soit un quart des habitants de la Région, sont d’origine musulmane. La capitale compte ainsi environ la moitié du nombre de musulmans de notre pays. Au niveau européen, Bruxelles est l’une des villes où la présence musulmane est la plus forte.

L’étude souligne par ailleurs la visibilité croissante de l’Islam dans la capitale, qui compterait ainsi davantage de mosquées et salles de prière. Selon le sociologue, "outre le football, l’Islam est l’instance la plus mobilisatrice à Bruxelles".

Si Felice Dassetto relève "une abondance de socialisation (politico-)religieuse identitaire dans l'associatif (écoles coraniques, cours de religion islamique, DVD, livres,...), il y a une forte carence de la socialisation civique (scoutisme, maison de jeunes,...) des jeunes musulmans". "Dans ce cas, il y a un enjeu important car c'est la socialisation de la rue qui prévaut", estime-t-il.

Selon lui, il y a un risque de clivage entre musulmans et non-musulmans qui guette l'espace bruxellois "si on laisse aller le processus naturel". "Il est nécessaire de tenir des débats. Il faut avoir le courage de se confronter au problème avec sérénité et sans dramatisation", indique-t-il.