Le beau temps favorise la pollution de l’air

La limite de concentration de particules fines imposée par l’Europe a été franchie dans près de la moitié des bornes de mesure en Flandre. Seize de ces endroits ont enregistré 35 jours d’excès de particules fines dans l’air. Cette situation, directement liée à une météo clémente, est bien pire que celle de ces deux dernières années.

Cela fait maintenant un petit temps, depuis début novembre plus précisément, qu’il fait relativement sec et peu venteux. Si certains apprécient cette météo plus que clémente pour la saison, les conséquences sur la pollution sont toutefois directes. Les particules fines stagnent en effet au niveau du sol, ce qui engendre un excès de la limite imposée par l’Union européenne.

Il semble que la Flandre connait aujourd’hui la pire des pollutions à particule fine de ces dernières années. En 2008 et 2009, environ 9 sites de mesure ont enregistré un dépassement de la norme européenne qui stipule qu’une localité ne devrait pas dépasser plus de 35 jours par an avec des valeurs de 50 microgrammes de particules fines par mètre cube.

L’année dernière, cet excès avait été mesuré dans 5 endroits différents, mais 2011 semble battre tous les records, avec 16 sites de mesure ayant dépassé la limite européenne. En Flandre, les lieux les plus problématiques sont ceux qui connaissent une forte activité industrielle, comme par exemple le port d’Anvers ou encore la zone du canal de Gand.

De nouvelles mesures semblent donc s’imposer. Les alertes au Smog seront inévitables et différents secteurs industriels vont devoir faire davantage d’efforts. L’Union européenne risque en effet de sévir, car dans les faits, la limite de concentration de particules fines ne peut jamais être transgressée.

Notons que les personnes en bonne santé ne sont en général pas vraiment affectées par la forte concentration de particules fines. Les personnes âgées, les jeunes enfants et les malades doivent toutefois adapter leur comportement face aux risques d’infection, notamment pulmonaire ou cardiaque.