Les discussions budgétaires s’enlisent

Les représentants des 6 partis politiques qui négocient en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral se sont séparés dans la nuit de dimanche à lundi, sans perspective d’accord budgétaire et sans programmer de nouvelle réunion, alors qu’Open VLD rejette de nouvelles propositions du formateur. Elio Di Rupo (PS) a réfléchi à la situation, qu’il qualifie de "dramatique", et convié les présidents des partis négociateurs à une réunion ce lundi, dès 14h30.

Rassemblés dimanche dès 16h30, les négociateurs du PS, du SP.A, du CD&V, du CDH, d’Open VLD et du MR se sont séparés vers 19h00 pour discuter au sein de leur bureau de parti les nouvelles propositions budgétaires avancées par le formateur Elio Di Rupo. Vers 21h30, les présidents des 6 partis se réunissaient à nouveau autour d’une même table.

Il devint néanmoins rapidement clair que les propositions du formateur concernant les prépensions ainsi que les allocations d’attente et de chômage ne satisfont pas les libéraux flamands. Leur président, Alexander De Croo (photo), les qualifiait d’insuffisantes.

Open VLD réclamait également des économies supplémentaires au niveau fédéral de l’ordre de 200 à 250 millions d’euros. Des exigences que les autres partis, y compris le CD&V et le SP.A, jugeaient irréalistes étant donné que le niveau fédéral devra déjà livrer de lourds efforts financiers. Vers 1h00 du matin, le formateur qualifiait la situation de « dramatique ». Une heure plus tard, il quittait la réunion les traits tirés. Elio Di Rupo veut maintenant réfléchir à la situation et aux moyens d’en sortir.

Open VLD veut plus de pain sur la planche

A l’issue de la réunion, les libéraux flamands soulignaient qu’ils veulent absolument continuer à négocier en vue d’un accord budgétaire, essentiel. Ils qualifiaient la situation de difficile.

Open VLD affirme être entièrement soutenu dans ses revendications par les libéraux francophones, alors que le CD&V exigerait également davantage. Au MR, on se montre plus modéré, saluant les efforts accomplis par le formateur mais regrettant que trop de taxes anti-économiques continuent à grever les PME dans les dernières propositions d’Elio Di Rupo. Le MR souhaiterait par contre voir les intercommunales davantage taxées.

Le CD&V, le CDH et le SP.A estiment par contre que les nouvelles propositions du formateur peuvent servir de base à la conclusion d’un accord budgétaire équilibré. Les chrétiens-démocrates flamands voudraient encore voir des modifications apportées dans le domaine de l’emploi et de la fiscalité, mais estiment que les propositions du formateur ont évolué dans le sens d’un compromis équilibré entre les revendications des six partis. Plusieurs négociateurs auraient déclaré ne pas comprendre où veut en venir l’Open VLD.

Et maintenant ? Elio Di Rupo (photo) a fait savoir qu’il allait réfléchir à la situation. Aucune nouvelle réunion entre les négociateurs n’avait été fixée à l’aube. Alors que l'on jugeait probable que le formateur se rendrait ce lundi chez le Roi Albert II pour lui faire part de la situation, Elio Di Rupo a finalement convié les présidents des partis négociateurs à une réunion ce lundi, dès 14h30.

Les plus consultés