Le taux belge dépasse la barre des 5%

Au lendemain de l’échec des négociations pour la confection du budget 2012 et la demande du formateur Elio Di Rupo d’être déchargé de sa fonction, le taux d’intérêt que la Belgique doit payer pour emprunter de l’argent pour 10 ans était en forte hausse, flirtant avec les 5%. L’écart du taux entre les obligations à long terme allemandes et belges approchait des 300 points de base.

Selon l’agence Bloomberg, spécialisée dans les informations financières, ce serait la première fois depuis 2008 que le taux d’intérêt belge à 10 ans a dépassé la barre des 5%. L’échec des négociations en vue de la confection urgente du budget 2012 n’y est certainement pas innocent.

Vers 13h40, le taux belge à 10 ans était en hausse de 13 points de base, à 4,864%, pour continuer à augmenter dans l’après-midi. Les taux ont augmenté pour tous les pays européens, mais parmi les pays de la zone euro seule la Grèce voyait son taux à long terme se tendre encore davantage, de près de 50 points, à 25,645%. En octobre dernier, le taux d’intérêt belge sur 10 ans se situait encore à 4%.

Ce mardi, le taux à 10 ans de l’Allemagne - référence du marché obligataire européen - augmentait pour sa part de 2 points de base, à 1,931%. L’écart de taux - aussi appelé « spread » - entre les obligations à long terme allemandes et belges approchait donc des 300 points de base (3%).

Tout comme l’Espagne, l’Italie et la France, la Belgique doit actuellement payer un taux d’intérêt plus élevé pour emprunter de l’argent à long terme. Les investisseurs perdent progressivement confiance dans la capacité de ces pays à rembourser leur dette. La semaine prochaine, la Belgique a l’intention d’emprunter de l’argent sur les marchés internationaux. Il est très probable qu’elle devra alors payer le prix fort.