Bus et trams devraient être plus ponctuels

Une enquête menée par l’organisation de défense des consommateurs Test-Achats auprès des navetteurs qui voyagent avec les sociétés régionales flamande De Lijn, wallonne TEC et bruxelloise STIB révèle qu’ils sont plutôt satisfaits des transports en commun, mais réclament davantage de ponctualité, de sécurité et d’offre de transport aux heures creuses.

Les résultats de l’enquête de satisfaction menée auprès des navetteurs par l’association de défense des consommateurs Test-Achats, publiés ce jeudi, révèlent que dans l’ensemble les usagers sont satisfaits de leur société de transport. La société régionale flamande De Lijn suscite ainsi une satisfaction de 70%, le TEC wallon de 67% et la STIB bruxelloise de 66%.

Les passagers réclament néanmoins que les horaires des trams et des bus soient mieux respectés, sur les trois réseaux. Ainsi 38% des passagers du TEC, 35% de ceux de De Lijn et 30% de ceux de la STIB souhaitent voir la ponctualité améliorée.

Ce sont avant tout les bus qui éprouvent des difficultés à respecter leur timing, parce qu’ils circulent rarement en site propre et se retrouvent donc coincés dans les embouteillages, surtout dans les grandes villes comme Bruxelles. Le métro bruxellois semble par contre pouvoir bien respecter les horaires indiqués.

Les navetteurs du TEC demandent quant à eux la création d’un service minimum en cas de grève, tandis que les usagers des trois sociétés régionales de transport en commun estiment que l’offre n’est pas suffisante actuellement en soirée ni le week-end.

Troisième point négatif souligné par les navetteurs interrogés : un sentiment d’insécurité trop présent. Quelque 28% des usagers bruxellois souhaitent une amélioration de la sécurité, contre 9% des passagers de De Lijn et 8% de ceux du TEC. Tous ces utilisateurs formulent les mêmes angoisses. Ainsi en soirée, après 19h, presque un tiers des navetteurs bruxellois se sentent en insécurité, contre 20% pour ceux du TEC et 12% pour ceux de la société De Lijn.

Dans l’ensemble, le sentiment d’insécurité est un peu plus marqué aux arrêts et dans les stations. En soirée, les stations de métro constituent le lieu le moins rassurant du réseau aux yeux des passagers. Quelque 38% d’entre eux estiment être en insécurité le soir dans les rames et 41% ont ce sentiment dans les stations. C’est trop, estime Test-Achats.

Enfin, les passagers réclament davantage de places assises dans les véhicules des trois sociétés, mais aussi plus d’espace disponible pour rester debout et déposer des bagages.