Di Rupo se prend un temps de réflexion

Après avoir achevé ce mercredi ses consultations avec les présidents de six partis politiques négociateurs au château de Ciergnon (province de Namur), Albert II a demandé à Elio Di Rupo (photo principale) de poursuivre sa mission de formateur, pour tenter d’achever rapidement la confection du budget 2012. Le président du PS a demandé un bref délai de réflexion. Pour "vérifier la possibilité d’aboutir à un accord acceptable pour les six formations", Di Rupo entamait ce jeudi des entrevues bilatérales discrètes avec les présidents des partis concernés.

Après avoir reçu ce mercredi au château de Ciergnon (photo) les présidents des partis libéraux Charles Michel (MR) et Alexander De Croo (Open VLD) et avoir terminé sa série de consultations par un long entretien avec le président du PS Elio Di Rupo, le souverain belge a demandé à ce dernier de poursuivre sa mission de formateur, refusant ainsi de l’en décharger comme Di Rupo le lui avait demandé lundi après-midi.

Elio Di Rupo n’a pas voulu répondre d’emblée au Roi et lui a demandé « un bref délai de réflexion, afin de vérifier la possibilité d’aboutir à un accord acceptable pour les six formations » qui sont impliquées depuis des mois dans les négociations en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral. Il s’agit plus particulièrement de trouver d’urgence un accord sur le budget 2012 et des réformes socio-économiques qui sont réclamés à la Belgique par la Commission et le Conseil européens.

En demandant un temps de réflexion, Elio Di Rupo a vraisemblablement voulu montrer que sa demande d’être déchargé de sa mission n’était pas une mise en scène et qu’il subsiste d’importantes oppositions entre les points de vue des six partis négociateurs, qui semblent difficiles à surmonter. Si Di Rupo cède à de nombreuses exigences des libéraux, il s’attirera les foudres des quatre autres partis négociateurs.

Une certaine marge de manœuvre semble cependant avoir été créée par les libéraux flamands, qui n’ont plus chiffré de façon précise les économies supplémentaires à réaliser, mais qui veulent discuter de chaque mesure séparément.

De son côté, le Roi a lancé un nouvel appel aux six formations politiques, leur demandant « instamment à chacune d’accomplir l’effort additionnel nécessaire pour clôturer les négociations budgétaires et socio-économiques et former un gouvernement dans les meilleurs délais ».