Formation: toujours pas de fumée blanche

Les représentants des six partis qui négocient un accord budgétaire étaient toujours réunis samedi peu avant 10 heures autour du formateur Elio Di Rupo. Les six partis sont réunis depuis vendredi soir 18h30 au cabinet Onkelinx, soit 15h30 de négociations ininterrompues à ce stade.

On apprenait vendredi soir qu'outre un rééquilibrage de l'effort budgétaire, de nouvelles propositions avaient été mises sur la table réglant le calendrier du recul de l'âge d'accès aux différentes formes de prépensions, apportant une refonte du système d'allocations d'attente, ou, sur le plan fiscal, imposant une taxation des stocks options, conduisant à une augmentation de la taxation des opérations boursières, voire encore prévoyant une cotisation de solidarité sur les hauts revenus. 

On ne toucherait pas à l'indexation et aucune mesure supplémentaire ne viserait les soins de santé. L'accentuation de la dégressivité du chômage serait confirmée.

Réforme et budget en parallèle

L'espoir subsiste d'arriver à un accord dans les prochaines heures alors que les difficultés financières pour la Belgique risquent de se tendre un peu plus depuis l'annonce vendredi par l'agence Standard & Poor's d'une dégradation de la note du pays de AA+ à AA, assortie d'une perspective négative.

Les négociateurs ont bien avancé sur les réformes structurelles tout au long de la nuit. Le travail à fournir reste cependant important, dit-on, car ils avancent en parallèle sur les réformes et le budget.

Depuis deux bonnes heures, c'est le budget au sens strict qui est au centre de toutes les attentions. Des groupes de travail se réunissent régulièrement pour mesurer les différentes hypothèses échafaudées.
Les négociations ont pu reprendre vendredi soir après une série de contacts bilatéraux qui ont permis au formateur Elio Di Rupo de rallier les libéraux, et singulièrement l'Open Vld, à une base de compromis qui a fait l'objet de nouvelles modifications.