"L'un des plus grands exercices d’assainissement"

Flanqué des représentants des 6 partis négociateurs (PS, SP.A, CD&V, CDH, Open VLD et MR), le formateur Elio Di Rupo (PS) a présenté ce dimanche après-midi à la presse les grandes lignes de l’accord budgétaire conclu samedi. Selon lui, la Belgique démontre qu’elle est capable de prendre des mesures très difficiles pour assainir ses finances publiques et présente un accord qui satisfait aux exigences de l’Union européenne. Les négociateurs espèrent pouvoir former un gouvernement dans le courant de la semaine prochaine.

Le formateur Elio Di Rupo a débuté sa présentation en remerciant, au nom de tous les négociateurs, les citoyens pour leur patience. « Le dénouement heureux de ce week-end doit leur rendre espoir et confiance en l’avenir ». Et de préciser que les négociateurs ont réalisé un travail énorme pour trouver les économies nécessaires de 11,3 milliards d’euros et présenter un budget qui satisfasse aux exigences de l’Union européenne, et cela malgré « les deux réalités sociales et économiques très différentes au Nord et au Sud du pays et les avis politiques très différents autour de la table ».

Selon Di Rupo, l’accord conclu représente l’un des exercices d’assainissement les plus importants depuis la Seconde Guerre mondiale. Il présente « des mesures concrètes, sérieuses et chiffrées. C’est un budget responsable et rigoureux ».

L’accord contient des mesures socio-économiques structurelles, mais « sans toucher à la sécurité sociale et sans rehausser l’âge légal de la pension, ni toucher au revenu des pensionnés ». L’accord ne modifie pas non plus l’indexation des salaires, et donc pas le pouvoir d’achat des citoyens, il favorise la compétitivité des entreprises et consolide la sécurité sociale. Il permet à la Belgique « de respecter ses engagements vis-à-vis de l’Union européenne, pour réduire le déficit budgétaire à 2,8% du produit intérieur brut ».

Les budgets 2013 et 2014, pour lesquels des perspectives ont déjà été dessinées dans l’accord, doivent permettre d’atteindre à nouveau un équilibre budgétaire en 2015.

Elio Di Rupo (photo) a précisé qu’il avait demandé au Premier ministre en affaires courantes, Yves Leterme, que l’administration du Budget s’attèle dès lundi à la traduction de l’accord en textes légaux, afin que ceux-ci puissent être votés au Parlement le plus vite possible. Et d’ajouter, notamment, que des économies importantes seront réalisées dans les administrations publiques et les entreprises publiques telles que Bpost et la SNCB. La Défense verra son personnel ramené à 30.000 personnes d’ici 2015.

"La Belgique capable de faire face à toutes les situations"

« Le budget est juste et sérieux, il vise à épargner les personnes en difficultés, les familles, les petits épargnants, ceux qui travaillent » notamment. La lutte contre la fraude sociale et fiscale sera renforcée. Une contribution plus importante sera prise sur la rente nucléaire. La contribution du secteur bancaire sera augmentée.

Elio Di Rupo a encore explicité plusieurs réformes socio-économiques qui seront menées à bien, notamment dans les domaines du marché de l’emploi et du système des pensions.

Répondant ensuite aux questions des nombreux journalistes belges et étrangers présents, le formateur a affirmé que les négociateurs - qui doivent encore discuter des dossiers Justice, Immigration et Politique d’asile - espèrent pouvoir former un nouveau gouvernement « dans les jours à venir ». Selon Di Rupo, ceci prouve « que la Belgique est capable de prendre des mesures extrêmement difficiles et de faire face à toutes les situations ».

Le formateur avait conclu son discours en affirmant que « la dynamique d’un pays, son bien-être ne se résume pas à l’action d’un gouvernement ou d’un Parlement. Les citoyens, les employeurs, les syndicats, les associations jouent un rôle important. Tout le monde devra faire un effort. Mais je suis persuadé que nous réussirons ».

Les plus consultés