Tobback: "De préférence pas Reynders aux Finances"

Les trois présidents des partis flamands assis autour de la table des négociations, le CD&V, le SP.A et l'OPEN VLD étaient invités ce lundi matin lors de l’émission "De ochtend" à la VRT-radio. Wouter Beke, Bruno Tobback et Alexander De Croo ont défendu l’accord intervenu samedi sur le budget et les réformes économiques et sociales mais n’ont pas voulu dévoiler la répartition des postes ministériels au sein du futur gouvernement de coalition.

Le président du SP.A, Bruno Tobback, a toutefois laissé entendre qu'il préférerait ne pas retrouver aux Finances l'actuel vice-premier ministre Didier Reynders (MR).

Ce dernier avait indiqué dimanche être "disponible" pour un nouveau mandat à la tête du département des Finances. Bruno Tobback estime que ce serait "un meilleur signal" si Didier Reynders s'abstenait, mais a ajouté que ce n'était pas à lui d'en décider. Il n'a pas voulu non plus confirmer que Johan Vande Lanotte serait "une certitude" dans le nouveau gouvernement.

Le président de l'Open Vld Alexander De Croo n'a pas non plus voulu évoquer les postes ministériels. "Chaque président de parti doit décider", a-t-il commenté.

Alexander De Croo et Bruno Tobback ont tous les deux indiqué, le week-end dernier, qu'ils resteraient président de parti. Leur collègue du CD&V, lui, ne se prononce pas sur son propre avenir.

"Nous devons d'abord conclure un accord de gouvernement, puis nous verrons qui convient où." Ils n’ont pas non plus voulu se prononcer sur les critiques à l’égard du ministre démissionnaire des Pensions Michel Daerden (PS) et de l’Economie vincent Van Quickenborne (Open VLD).

Les différents présidents ont dit espérer que le gouvernement soit formé avant le 6 décembre.