Libérations quotidiennes de détention préventive injuste

Chaque jour, une personne placée injustement en détention préventive en Belgique est libérée. Entre 2006 et 2010, quelque 1.679 personnes placées en détention préventive ont finalement été acquittées, soit une moyenne de 324 à 372 personnes par an, indiquent les nouvelles statistiques du collège des procureurs généraux que le quotidien De Tijd a pu consulter.

Les 1.679 personnes qui, au cours des cinq dernières années, ont finalement été libérées après avoir été placées injustement en détention préventive représentent en fait 3,5% de toutes les personnes envoyées en détention préventive.

Près de 91% (soit 43.706 personnes) des prévenus ont finalement été condamnés. Quelque 18.362 d’entre eux ont bénéficié d’un sursis. Les autres ont bénéficié d’une suspension de prononcé ou d’une autre mesure, qui n’est pas précisée dans les chiffres récents du collège des procureurs généraux de Belgique.

Environ 80% des personnes qui ont bénéficié d’un acquittement sont restées plus de 5 jours en détention provisoire. La moitié est restée sous les verrous plus d’un mois.

Les personnes mises injustement en détention préventive reçoivent des dommages et intérêts. La semaine dernière, il était apparu que l’Etat belge doit payer chaque année un demi-million d’euros à l’ensemble des personnes injustement placées en détention provisoire.