La suppression de déductions pour l’économie d’énergie inquiète

La Confédération Construction tire la sonnette d’alarme face à la décision des six partis négociateurs de supprimer dès janvier 2012 la déduction fiscale pour diverses mesures d’économie d’énergie, comme le remplacement de chaudières, le placement de doubles vitrages ou de panneaux solaires. Interviewée ce mercredi dans l’émission « De Ochtend » de la VRT, la ministre flamande à l’Energie, Freya Van den Bossche (SP.A), affirme vouloir tout tenter pour compenser un peu la suppression des déductions.

Le secteur belge de la construction qualifie de « catastrophique » la suppression annoncée par les partis négociateurs, pour janvier 2012 déjà, de la déduction fiscale de 40% sur les investissements réalisés dans diverses mesures d’économie d’énergie, comme le placement de panneaux solaires, celui de doubles vitrages et le remplacement de chaudières. La déduction fiscale pour l’isolation des toits ne sera, elle, pas supprimée, mais le secteur de la construction est inquiet pour les répercussions sur l’emploi, notamment.

La suppression des déductions fiscales au niveau fédéral est la conséquence des « compétences usurpées », c’est-à-dire de compétences qui ont déjà été transférées aux Régions mais qui sont encore financées par l’Etat fédéral. Il dépendra maintenant des Régions si elles reprennent à leur compte ces déductions fiscales. Le secteur espère que les Régions flamande, wallonne et bruxelloise tomberont d’accord à ce sujet, mais ce sera difficile car le budget 2012 a déjà été voté.

Interrogé par la VRT, le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) a déjà indiqué qu’il était « tout sauf évident que la Flandre libère de l’argent pour cela », étant donné l’étroitesse du budget de sa Région.

"Tout faire pour soutenir les économies d’énergie"

Ce mercredi matin, c’est la ministre flamande à l’Energie, Freya Van den Bossche (SP.A, photo), qui était l’invitée de l’émission « De Ochtend » à la VRT radio. Elle y a affirmé vouloir étudier toutes les possibilités pour soutenir d’une autre manière les investissements en vue d’économies d’énergie. Tout en soulignant, comme Kris Peeters, que les moyens financiers de la Flandre sont limités.

Selon Van den Bossche, le problème se pose moins pour le placement de panneaux solaires, étant donné que l’investissement se rembourse endéans les 12 ans, sans déduction fiscale. « Mais il y a d’autres mesures, comme les doubles vitrages, pour lesquelles nous allons essayer de trouver des fonds, en réévaluant nos priorités ». Selon la ministre, les primes qui pourront éventuellement être dégagées ne seront de toute façon pas de l’ampleur de la déduction fiscale de 40%.

Freya Van den Bossche demande aux 6 partis négociateurs de prévoir une période de transition dans la suppression des déductions fiscales pour les citoyens qui ont commandé des travaux d’économie d’énergie qui ne pourront plus être effectués cette année.