Les Belges se sont rués sur les bons d’Etat

La dernière émission de l’année de bons d’Etat, dont la période de souscription se terminait ce vendredi 2 décembre, a permis de récolter 5,035 milliards d’euros. C’est un record depuis la création de l’euro, et un « succès formidable » d’après l’Agence de la dette, puisque l’émission précédente avait rapporté 80 millions d’euros. Le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme (CD&V) s’est réjoui de ce succès.

A la clôture de la période de souscription pour la dernière émission de bons d’Etat pour 2011, ce vendredi, le résultat provisoire était de 5,035 milliards d’euros. Il s’agit d’un record absolu depuis l’introduction de l’euro et sans doute aussi de la plus grande opération de l’histoire belge, indique l’Agence de la dette. Le résultat définitif devrait être connu lundi midi et avoisiner probablement 5,5 milliards d’euros.

Rien que ce vendredi, les Belges ont souscrit pour 868 millions d’euros, selon les chiffres provisoires. Les bons d’Etat à 5 ans sont à nouveau les plus populaires. Ils sont assortis d’un taux d’intérêts de 4%.

Selon Jean Deboutte, directeur de la stratégie à l’Agence de la dette, le succès de cette émission de bons « est un phénomène très rare en Europe. Je voudrais bien voir s’il y a d’autres pays de la zone euro qui atteindront ces chiffres dans les prochains mois ». Et d’indiquer que « la barre des 5 milliards d’euros a été franchie. C’est un chiffre qui est psychologiquement important pour les marchés financiers ».

Deboutte précise que de nombreuses entreprises ont aussi fait preuve d’intérêt pour cette émission de bons d’Etat, « mais nous avons dû les renvoyer vers les obligations à long terme, qui sont destinées à des investisseurs institutionnels, étant donné que les bons d’Etat sont uniquement destinés aux particuliers ». Pour la première fois, les bons d’Etat belges ont aussi attiré l’attention et l’intérêt de particuliers étrangers.

"La preuve que nous pouvons apporter des réponses"

Cette dernière souscription de 2011, qui s’est déroulée du 24 novembre au 2 décembre, a bénéficié de taux intéressants mais aussi d’un coup de pouce du Premier ministre démissionnaire, qui avait fait appel à l’épargne des Belges en vue d’accélérer le remboursement de la dette publique.

Ce vendredi, Yves Leterme (photo) se disait particulièrement heureux du succès de cette émission de bons. « C’est une nouvelle particulièrement bonne, parce que nous avons prouvé aux marchés financiers que nous pouvons apporter une réponse à la crise. Cela signifie que nous prenons de l’avance sur le refinancement de notre dette et que nous pourrons avancer pendant quelques mois sans devoir faire de trop grands efforts ».

Lundi dernier, la Belgique a fait un emprunt de 2 milliards d’euros sur les marchés financiers. Elle a dû le faire à un taux d’intérêt plus élevé que celui accordé pour les bons d’Etat. Cet emprunt était-il donc judicieux ? « J’avais suggéré de ne pas le faire », indique Leterme. « Mais les responsable de l’Agence de la dette ont estimé qu’il était préférable de contracter cet emprunt. Cela a été leur décision », précisait Yves Leterme.