Près de 6% des conducteurs étaient ivres

La police fédérale a lancé dans la nuit de samedi à dimanche sa campagne annuelle contre la conduite sous influence de l’alcool, avec des contrôles menés dans toute la Belgique. Elle utilisait pour ce faire un nouvel appareillage plus performant, permettant notamment de réaliser les tests d’haleine plus rapidement. Entre 5 et 6% des conducteurs contrôlés avaient consommé trop d’alcool.

La conduite sous influence de l’alcool reste une des causes principales des accidents graves de la circulation routière et entraîne chaque année près de 10.000 décès sur les routes européennes, indique la police. C’est la raison pour laquelle, entre le 2 décembre et le 15 janvier - période des fêtes où la consommation d’alcool augmente traditionnellement -, la police fédérale multipliera le nombre de contrôles d’alcoolémie au volant, espérant contrôler ainsi 200.000 conducteurs.

C’est dans la nuit de samedi à dimanche que la police fédérale donnait le coup d’envoi de sa campagne BOB, qui doit décourager les conducteurs de prendre le volant lorsqu’ils ont bu trop d’alcool. Des contrôles et tests d’haleine étaient ainsi menés dans l’ensemble de la Belgique. Résultat : entre 5 et 6% des conducteurs contrôlés avaient un taux d’alcool dans le sang trop élevé.

Ainsi, en Flandre orientale, quelque 592 automobilistes ont dû se plier au test d’haleine. Trente-huit d’entre eux avaient finalement trop bu, ce qui représente un pourcentage de 6,4. Huit conducteurs ont été immédiatement privés de leur permis de conduire, pour deux semaines. Un véhicule a été saisi, son conducteur étant soupçonné de rouler sans assurance.

En Flandre occidentale, quelque 2.123 tests d’haleine ont été effectués la nuit dernière, dont 108 étaient positifs. Ce qui est une proportion de 5,1% de conducteurs qui avaient consommé trop d’alcool. Vingt conducteurs ont été privés de leur permis. Certains corps de police ont également effectué des test de salive, parce qu’ils soupçonnaient que le conducteur était sous influence de stupéfiants.

Enfin, en Brabant flamand, 235 automobilistes ont été contrôlés, dont 8 avaient trop bu et 5 avaient pris des stupéfiants. Deux conducteurs qui roulaient sans permis de conduire ont été pris en flagrant délit, tandis qu’une personne recherchée par la police a pu être appréhendée.

Un test d’haleine en 2 secondes

La « Nuit de la sécurité routière » marquait le lancement de la campagne BOB, qui comprendra des contrôles quotidiens sur les routes à la recherche d’automobilistes qui ont consommé des drogues ou trop d’alcool.

Pour la première fois, la police fédérale utilise cet hiver un appareillage de test qui permet de travailler plus vite en effectuant des tests d’échantillons. Le nouvel appareil mesure ainsi d’abord l’air contenu dans un véhicule. Si, après 2 secondes, il indique la présence d’alcool dans l’haleine du conducteur, un test classique d’alcoolémie est effectué. S’il ne détecte aucune trace d’alcool, le conducteur peut immédiatement poursuivre son chemin.

Ceci permet, en fin de compte, de tester un nombre plus important d’automobilistes.