La grève s’étend à plusieurs secteurs

L’action de protestation du secteur public n’a pas seulement paralysé les transports en commun dans tout le pays ce jeudi. Elle a également été suivie à Bpost, dans l’enseignement et des hôpitaux, par des pompiers et des magistrats, et même dans certaines entreprises privées.

Selon les syndicats de la poste, plus de la moitié du personnel avait répondu ce jeudi à l’appel à la grève en protestation contre la réforme des pensions annoncée. La direction de Bpost indiquait pour sa part que 80% des tournées de facteurs avaient néanmoins été effectuées ce jeudi. En Flandre, la distribution du courrier s’est faite plus rapidement qu’en Wallonie parce que les centres de tri n’étaient pas bloqués par des piquets de grève.

L’impact de l’action de protestation dans l’enseignement en Flandre est par contre plus difficile à évaluer. En cette période de Noël, les cours ne sont en effet déjà plus dispensés dans beaucoup d’écoles secondaires, à la suite des examens. Dans les écoles catholiques, certains enseignants ont interrompu le travail pendant une heure. Dans l’enseignement primaire, certaines écoles étaient ouvertes ce jeudi, d’autres pas. Et dans l’enseignement communautaire, la plupart des enseignants ont travaillé.

Les crèches communales n’étaient pas toutes ouvertes. A Gand et Anvers, notamment, de nombreuses puéricultrices ont fait grève ce jeudi.

Les pompiers ont réquisitionné du personnel pour pouvoir assurer un service minimum, indiquaient les syndicats. Même scénario dans les hôpitaux publics.

La Protection civile de la section de Liedekerke était aujourd’hui de garde pour l’ensemble de la Flandre. Le ministère de l’Intérieur annonçait en effet que les deux autres sections - de Jabbeke et de Brasschaat - étaient en grève.

Au palais de justice de Bruxelles, une centaine de magistrats ont mené une action de protestation. « Selon les projets du gouvernement, les magistrats ne bénéficieront plus de leur pension complète qu’au terme de 36 ans de carrière, au lieu des 22 ans et demi actuels », expliquait Hervé Louveaux, président de l’Association syndicale des Magistrats. « C’est très désavantageux parce que de nombreux magistrats entament leur carrière à un âge plus avancé, après avoir exercé d’abord une autre profession ». Dans d’autres villes du pays, des magistrats ont également participé au mouvement de protestation.

A l’entreprise de télécommunications Belgacom, plus de la moitié du personnel était en grève, selon les syndicats. Il fallait donc patienter plus longtemps pour obtenir un renseignement.

Tâche d’huile dans le secteur privé

L’action de grève dans le secteur public a mené à des actions de protestation de solidarité dans plusieurs entreprises privées du pays.

Ainsi tous les 700 membres du personnel du constructeur de trams et trains Bombardier, à Bruges, étaient en grève ce jeudi. Même scénario à l’entreprise CNH à Zedelgem, qui fabrique des machines agricoles, où les 2.100 membres du personnel avaient interrompu le travail.

Le personnel de l’entreprise Picanol, qui fabrique des métiers à tisser à Ypres, était également en grève.