Mgr Léonard s’en prend au néolibéralisme

Dans son homélie de la nuit de Noël en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles, Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, a souligné les méfaits du néolibéralisme, indiquant sympathiser avec "les indignés", et a plaidé pour une économie communion.

Le primat de Belgique a indiqué avoir une pensée particulière pour tous ceux qui se retrouvent sans toit pour les accueillir, "à l'image de Marie et de Joseph en la nuit du premier Noël". Plus largement, l'archevêque a également évoqué les nombreuses victimes "de la redoutable crise financière que traverse l'Europe".

"Pour ma part, je sympathise volontiers avec les 'indignés' qui, en plusieurs endroits du monde, protestent contre les méfaits du néolibéralisme qui déferle actuellement sur la planète, engendrant chômage, exclusion, pauvreté matérielle et spirituelle, parce que l'économie de profit est idolâtrée au détriment des plus vulnérables. Sans oublier les crises financières causées par la recherche effrénée du rendement immédiat et dont la facture sera principalement payée par les plus faibles", a indiqué le prélat.

Pour une économie de communion

C'est pourquoi Mgr Léonard a plaidé pour une économie de communion, prenant l'exemple du système belge de sécurité sociale, "où les plus nantis ont l'obligation de cotiser pour les moins favorisés".
"Comme le Pape, j'estime que c'est le devoir de l'Etat de corriger les excès de l'économie de marché afin de garantir le bien commun en obligeant les plus fortunés à se montrer solidaires des plus démunis. C'est pourquoi aussi j'appelle de mes vœux une autorité politique mondiale qui, tout en respectant le principe de subsidiarité, garantirait progressivement une solidarité entre toutes les nations de la planète", a-t-il indiqué.
L'archevêque a conclu son homélie en indiquant espérer de tout cœur que cette "utopie" se réalisera un jour.