La qualité de l'air, pas une priorité pour la Flandre ?

Le mouvement flamand de défense de l’environnement Bond Beter Leefmilieu va introduire un dossier auprès de la Commission européenne afin de démontrer que la Flandre n’en fait pas assez pour atteindre les normes en matière de qualité de l’air. La Flandre risque d’être condamnée à payer une amende.

La Flandre dépasse les normes en ce qui concerne les particules fines, mais cette année les dépassement ont été plus importants que lors des années précédentes. Ainsi en 2011, les normes européennes ont été dépassées en 17 endroits, en 2010, il n’y avait eu que 5 dépassements.

"En 2010 on avait mesuré un dépassement des normes en matière de particules fines dans l’air. Lors d’une campagne de mesures on avait constaté que la norme avait été dépassée dans 10 des 13 villes flamandes" a expliqué Erik Grietens du Bond Beter Leefmilieu (BBL).

La Flandre a demandé un sursis en ce qui concerne les normes à atteindre pour la présence de dioxyde d’azote dans l’air. Afin de motiver ce sursis, la Flandre a aussi soumis un plan sur la qualité de l’air à la Commission européenne.

"Mais ce plan ne dépasse pas des déclarations de bonnes intentions et quelques projets pilotes. Il n’y a aucun projets concrets comme par exemple empêcher que notre parc automobile ne passe au carburant diesel" estime Erik Grietens.

Le BBL a donc établi un dossier visant à prouver que la Flandre n’en fait pas assez pour améliorer la qualité de l’air.

"La région bruxelloise ne fait pas mieux que la région flamande. Bruxelles n’a même pas de plan sur la qualité de l’air mais uniquement un plan de mobilité" ajoute Eric Grietens dans De Standaard.