Un ancien curé arrêté pour pédophilie

Marcel Colignon, ancien curé de la petite ville de Dinant et de quatre villages de la région, a été arrêté il y a deux semaines. L’homme a été placé en détention et est inculpé pour des attentats à la pudeur et des viols sur une dizaine de mineurs. La justice belge demande à d’autres éventuelles victimes de se manifester.

Selon Philippe Morandini, porte-parole du parquet local, "il ressort des enquêtes que de nombreuses victimes ont dû subir les agissements attentatoires aux moeurs de la part du curé Colignon".

Plus précisément, l'ancien curé, mis à la retraite en 2010, est soupçonné d'avoir abusé de jeunes âgés de 13 à 16 ans qu'il fréquentait au sein de mouvements de jeunesse ou lors d'activités paroissiales, entre 1968 et 2001 au moins, selon des médias belges.

Une "dizaine" de ses victimes présumées ont jusqu'ici été entendues mais, selon M. Morandini, d'autres ne se seraient pas encore fait connaître.

"Vu la période d'infractions, on sait qu'il y a beaucoup plus de victimes. Mais certaines n'osent pas dénoncer les faits qu'elles auraient subis à cause de la honte ou par peur de voir leur nom paraître dans la presse", a-t-il expliqué.

Selon lui, Marcel Colignon avait contacté certaines de ses victimes pour tenter de les convaincre de ne pas parler.

Fait plutôt inhabituel, le juge d'instruction chargé de l'affaire a lancé jeudi, dans un communiqué, un appel aux autres victimes éventuelles afin qu'elles dénoncent à la police ce qu'elles auraient subi.

Pas une première

Pour rappel, l'Eglise catholique belge a été éclaboussée en avril 2010 par un scandale de pédophilie, quand l'évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, a démissionné après avoir reconnu avoir fait subir des sévices sexuels à un neveu mineur entre 1973 et 1986.

En septembre 2010, une commission dirigée par un pédopsychiatre avait publié les témoignages de près de 500 personnes, principalement originaires de Flandre (nord), accusant des ecclésiastiques d'avoir abusé d'eux pendant leur jeunesse.

Le 14 décembre, l'Eglise belge s'est engagée à indemniser, à hauteur de 2.500 à 25.000 euros, les victimes des crimes sexuels prescrits commis en son sein.