Un général belge coordonne la Force de réaction de l'Otan

Le général de brigade Eddy Staes a été chargé de coordonner, pendant toute l’année 2012 et au sein d’un quartier général de l’Otan installé aux Pays-Bas, les activités liées à la force de réaction rapide de l’Alliance atlantique, la « NATO Response Force » (NRF).

Créée en 2002 comme un projet très ambitieux, la force de réaction rapide de l’Otan a depuis souffert des économies imposées aux armées alliées. A l’origine, il s’agissait en effet de constituer, par rotation semestrielle, une force multinationale de 25.000 hommes qui seraient mobilisables en permanence et à brève échéance, pour intervenir n’importe où dans le monde où l’Alliance déciderait de l’envoyer. Elle avait été déclarée opérationnelle en novembre 2006, avec des composantes terrestre, navale et aérienne.

Mais les opérations réelles - en Afghanistan, au Kosovo et au Liban notamment - et les économies qui ont frappé les budgets militaires de la plupart des alliés ont contraint l’Otan dès 2007 à adopter une version plus « amincie » de la NRF. Cette dernière est composée d’un noyau de 13.000 hommes et de forces additionnelles en cas de déploiement.

Le général Eddy Staes, âgé de 52 ans, possède une grande expérience des opérations militaires multinationales (notamment au Kosovo et au Liban). Il vient donc d’être désigné « coordinateur de la NATO Response Force (NRF) au sein du quartier général des forces interarmées de Brunssum, dans le sud-est des Pays-Bas, qui dirige cette force de réaction rapide.

Le général belge a été désigné à cette fonction par le chef d’état-major du quartier général de Brunssum, le lieutenant-général néerlandais Jouke Eikelboom. « Eddy Staes est chargé de la coordination générale et de la synchronisation de toutes les activités liées à la préparation de la NRF » en 2012, a précisé le quartier général aux Pays-Bas.