Des supermarchés se sont-ils entendus sur les prix ?

L’organisation de défense des consommateurs Test-Achats a constaté une augmentation de prix considérable, depuis quelques mois, pour plusieurs produits alimentaires. Elle se demande donc si plusieurs supermarchés belges n’auraient pas procédé à une entente sur les prix, ce qui est illégal.

Depuis mai 2011, l’association de protection des consommateurs Test-Achats a développé son propre baromètre des prix, afin de pouvoir suivre de près l’évolution des prix des denrées alimentaires. Elle a ainsi pu constater que plusieurs produits de base, comme les pâtes, les produits laitiers, les huiles ou les boissons chaudes, ont considérablement augmenté entre mai et décembre derniers.

La baisse nette des prix d’autres produits - comme les pommes de terre et les légumes frais - explique cependant l’augmentation limitée du prix du panier.

Concrètement, entre mai et décembre 2011, les prix des pâtes à tartiner ont augmenté de 10,5%, ceux des pâtes de 8,7%, des produits laitiers de 8,1%, des huiles de 5,6%, des boissons rafraichissantes de 5,3% et des boissons chaudes de 4,3%.

Test-Achats a analysé les prix de 368 produits dans les supermarchés Colruyt, Carrefour et Delhaize entre mai et décembre et constaté que ce sont avant tout les marques moins chères qui ont nettement augmenté de prix (une moyenne de 7,3% d’augmentation). Les produits dits « premier prix » (de marques) ont augmenté en moyenne de 4,7% alors que les marques propres de Colruyt, Carrefour et Delhaize ont vu leurs prix monter moins rapidement (+2,5%).

Face à cette croissance importante de certains prix, Test-Achats se pose des questions. L’organisation demande donc au Conseil à la Concurrence de lancer une grande enquête sur la fixation des prix des denrées alimentaires en général.