Pas de hausse salariale pour les ministres

L'accord de gouvernement prévoit bel et bien la diminution de 5% du salaire des ministres et secrétaires d'Etat, a confirmé dimanche le premier ministre Elio Di Rupo dans un communiqué. Cet accord impose en outre une réduction des budgets de fonctionnement des cabinets ministériels. Elio Di Rupo répond ainsi au vice-président de la N-VA, Ben Weyts, selon lequel les membres du gouvernement verront leurs salaires augmenter de 8%.

"Il est évident que ces mesures seront intégralement mises en oeuvre. Il ne peut pas en être autrement! ", a souligné M. Di Rupo en insistant sur la période difficile que traversait la Belgique. "Il est impératif, dans ce contexte, que les membres du gouvernement et les équipes ministérielles, comme d'autres citoyens, participent à l'effort d'assainissement budgétaire pour redresser les finances publiques de notre pays", a-t-il ajouté.

Une circulaire sur le traitement et les indemnités des ministres et des secrétaires d'Etat a été préparée pour être soumise à la signature du Premier ministre. Elle met en oeuvre la diminution de salaire de 5% des membres du gouvernement, qui se traduira en moyenne par quelque 10.000 euros de moins par an, a précisé pour sa part le ministre du Budget, Olivier Chastel.

"Les salaires des ministres sont déjà réduits de 5%", a-t-il précisé. Une délibération du conseil des ministres, prise dans le cadre des douzièmes provisoires, en témoigne.

Le conseil des ministres a également arrêté le 16 décembre une enveloppe 2012 pour l'ensemble des cabinets ministériels qui traduit une diminution substantielle par rapport aux années précédentes, a précisé le Premier ministre. Au total, pour 2012 l'économie réalisée par rapport à 2010, lorsque le gouvernement avait les pleins pouvoirs, s'élève à environ 9 millions d'euros, soit 15% de réduction des enveloppes budgétaires. Par ailleurs, le nombre de collaborateurs sera fortement réduit. Il sera de 827, contre 932 au début du gouvernement précédent.

Elio Di Rupo reconnaît toutefois que les tableaux budgétaires qu'ont reçus les parlementaires n'ont pu tenir compte de ces éléments en raison de l'urgence qu'il y a eu à déposer le budget fédéral au parlement avant le 31 décembre 2011. Les services du Budget n'ont en effet pu tenir compte d'une série de nouveaux éléments, dont la nouvelle composition des cabinets ministériels.

"On peut donc comprendre les interrogations que certains parlementaires expriment", a concédé le Premier ministre. L'administration du Budget prépare un amendement qui permettra d'assurer la pleine exécution des décisions prises. Celui-ci sera déposé la semaine prochaine, a assuré Olivier Chastel.