Limiter les régularisations pour raisons médicales

La secrétaire d'Etat à l'Asile et à l'Immigration, Maggie De Block (Open Vld) veut limiter les abus des régularisations pour raisons médicales. Le nombre d’étrangers qui tentent d’obtenir un permis de séjour pour des raisons médicales a fortement augmenté ces dernières années.

Il y a eu pour la première fois en 2011 davantage de demandes de régularisation pour raisons médicales que pour raisons humanitaires. Au total, 17.771 demandes ont été introduites, dont 9.675 pour raisons médicales, indique mardi la porte-parole de la secrétaire d'Etat à la politique de l'Asile, de l'Immigration et de l'Intégration sociale, Maggie De Block.
 

Au cours des dix premiers mois de 2011, 9.000 demandes ont été introduites pour des raisons médicales. En 2010, il n’y en avait que 6.500.

Les demandeurs ont droit à un soutien du CPAS et un statut de séjour temporaire dès que la demande a été approuvée en régularisation médicale.

Pourtant les demandeurs doivent pouvoir prouver qu’ils sont atteints d’une maladie grave et qu’ils ne peuvent pas disposer d’un traitement spécifique dans leur pays d’origine. L’Office des étrangers a engagé davantage de médecins pour procéder à ces contrôles. Les personnes qui introduisent une demande pour des raisons médicales sont tenues de se présenter à l’office des étrangers. Par ailleurs, le certificat médical rédigé dans leur pays d’origine n’est valable que 3 mois.

Ce qui est frappant, souligne De Morgen, c'est que seulement 5 pc des demandes médicales semblent fondées. Cela montrerait qu'il existe de nombreux abus et demandes infondées.

"Nous devons mettre un terme à ce canal de migration", affirme Maggie De Block dans le journal. Le parlement s'est accordé mi-novembre pour adopter des mesures plus sévères pour lutter contre les abus.

La secrétaire d'Etat à l'Asile et à l'Immigration, Maggie De Block n’a pas voulu donner plus de détails sur les mesures qu’elle compte prendre. Demain elle présentera sa note de politique devant le Parlement.

La N-VA a bénéficié d’une fuite et a pu consulter cette note. Dans l’émission "De ochtend" VRT-radio) ce mardi, la parlementaire N-VA Sarah Smeyers (photo) s’est dit déçue par cette note de 10 pages qui ne contiendrait aucune mesure concrète.

Les plus consultés