Des juges anversois dînent avec des diamantaires

La ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open VLD) va demander au procureur général d'Anvers un rapport sur la visite de plusieurs magistrats dans un temple hindou à Wilrijk en banlieue anversoise. Cette visite avait été suivie d'un repas avec des diamantaires, un secteur pourtant objet de plusieurs enquêtes pour fraude fiscale.

"Ne jugeons pas seulement sur base d'images", a toutefois mis en garde Annemie Turtelboom lors de l’émission De ochtend (VRT) , au lendemain d'un reportage télévisé de la chaîne publique flamande révélant l'existence de ce dîner.

Il est vrai qu'"il ne peut y avoir le moindre doute sur l'indépendance des magistrats et des juges". Dès lors, s'il ressort du rapport demandé au procureur général Yves Liégeois une "apparence de partialité", Annemie Turtelboom prendra des mesures.
La VRT a révélé mardi dans son émission "Panorama" que plusieurs juges du tribunal de première instance d'Anvers et leurs épouses avaient visité le mois dernier un temple hindou à Wilrijk, où ils ont ensuite été invités à un lunch.

Si ce temple hindou a été financée par le secteur diamantaire, le lunch  a lui été payé par l'avocat Marc Huybrechts, consul honoraire de Belgique en Indes.

L'Antwerp World Diamond Centre, qui fait du lobbying pour les diamantaires avait d'abord proposé de payer le lunch mais cela n'avait pas plu au président du tribunal de première instance Jacques Mahieu, explique le quotidien De Morgen.

Groen veut une enquête externe

Le chef de groupe des écologistes flamands de Groen à la Chambre Stefaan Van Hecke estime que demander un rapport au procureur-général n’est pas une bonne idée. "Il faut une enquête externe sur cette affaire". Il pense par exemple au Conseil Supérieur de la Justice.

"Les magistrats ne peuvent organiser d'excursions dans le secteur du diamant ; ils doivent préserver leur impartialité pour éviter de mettre en danger leur enquête sur les fraudes qui portent sur plusieurs milliards, dans ce secteur", juge-t-il.
Stefaan Van Hecke n'apprécie pas que Mme Turtelboom confie la responsabilité d'établir un rapport au procureur général d'Anvers, Yves Liégeois. "C'est précisément cet homme qui a été mis en cause lors de cette étrange perquisition" chez son substitut. "Il arrive que des braconniers deviennent garde-chasse, mais ici, ce serait le monde à l'envers".

De son côté la ministre de Justice espère que ce rapport apportera toute la clarté nécessaire afin de prendre des mesures, si cela s'avère nécessaire.

Sans se prononcer sur l’affaire, Annemie Turtelboom reconnaît que la Justice est un département qui devrait être réformé en profondeur. "Beaucoup d’encre a déjà coulé concernant cette réforme mais elle n’a toujours pas commencé" a ajouté la ministre.

"Les perquisitions sont une bonne chose si elles peuvent renforcer le dossier"

Le reportage de la VRT est d'autant plus surprenant qu'une perquisition avait été ordonnée la semaine dernière par le procureur général chez son substitut Peter Van Calster, en charge de plusieurs dossiers de fraude diamantaire portant sur des millions d'euros.
"Le procureur général estime que des fautes de procédure ont pu être commises, qui pourraient faire échouer les poursuites devant un tribunal; il veut faire la clarté, ce qui est une bonne chose pour rendre le dossier plus solide", a commenté Annemie Turtelboom.

Le parquet général réfute de prétendues pressions du lobby diamantaire

Le procureur général d'Anvers, Yves Liégeois, s'est dit consterné mercredi par les allégations de certains médias selon lesquels le parquet général subirait les pressions du lobby du diamant dans le traitement du dossier HSBC. "C'est l'absurdité même", a-t-il affirmé.

Le parquet général souligne dans un communiqué qu'il poursuit le crime organisé d'une manière correcte, depuis des années, et ce, dans tous les domaines.

"L'intervention du procureur général dans le "dossier du diamant" a uniquement été motivée et rendue nécessaire par la nécessité de mettre de l'ordre dans la procédure car il est apparu, à l'examen du dossier, que certaines irrégularités ont été constatées qui exigent une enquête approfondie", souligne Yves Liégeois.

C'est pour cette raison qu'une enquête judiciaire a été ordonnée afin de contribuer à établir une totale transparence qui garantisse les droits de tout un chacun et de l'Etat.