Le salaire des députés revu à la baisse

Tout comme celle des ministres, la rémunération des parlementaires fédéraux devrait être rabotée de 5%. Leur âge de la pension passera d’autre part de 55 à 62 ans. La prime pour les départs volontaires anticipés sera supprimée. Voilà plusieurs accords qui ont été passés, mercredi soir, au sein du groupe de travail de la Chambre qui se penche actuellement sur le statut des députés fédéraux.

Le groupe de travail qui se penche sur le statut des députés fédéraux s’est réuni pour la première fois ce mercredi. Il rassemble le président de la Chambre André Flahaut (PS) et les chefs des groupes politiques et a été créé à la suite du débat au Parlement sur la réforme des pensions.

Au cours de ce débat, un consensus était né sur le fait que si des sacrifices sont exigés de la population, il faut aussi que les politiques acceptent une réduction salariale. Un groupe de travail similaire a d’ailleurs également été mis en place au Sénat.

Celui de la Chambre a enregistré ce mercredi soir plusieurs accords. Ainsi, tout comme les ministres fédéraux, les députés à la Chambre et les sénateurs verront leur rémunération abaissée de 5%.

Des pourparlers sont également en cours au sujet d’une réduction des rémunérations supplémentaires pour les chefs de fractions, les questeurs, les vice-présidents et présidents de la Chambre et du Sénat. Ces derniers pourraient devoir se passer d’un quart supplémentaire de leur salaire.

Il semble d’autre part que l’âge de la pension des députés soit revu à la hausse. Actuellement, un député doit avoir 20 ans de service pour avoir droit à la pension. Le nombre d’annuités pourrait cependant être aligné sur le seuil de 36 ans appliqué dorénavant dans la magistrature. L’âge de la pension passerait d’autre part de 55 à 62 ans.

Enfin, la prime pour les départs volontaires anticipés devrait être supprimée et les budgets de fonctionnement de la Chambre et du Sénat gelés pendant 2 ans. Les groupes de travail des deux assemblées se réuniront à nouveau la semaine prochaine. Une concertation sera ensuite organisée avec les élus régionaux.