Les embouteillages effrayent l’industrie technologique

Si l’on en croit une enquête réalisée par Agoria, la fédération de l’industrie technologique, 70% des entreprises technologiques installées en Région bruxelloise envisageraient de quitter la capitale à terme en raison des problèmes de mobilité rencontrés notamment par leur personnel. Plus de la moitié des entreprises questionnées affirment avoir des difficultés à trouver des candidats travailleurs en raison des embarras de circulation routière.

Il y a trois ans, environ 20% des entreprises technologiques interrogées envisageaient déjà de quitter la Région bruxelloise, pour aller s’installer ailleurs en Belgique, en raison des problèmes de mobilité dans la Région capitale. L’enquête que vient de réaliser la fédération de l’industrie technologique, Agoria, révèle que plus de 70% des entreprises songent maintenant à quitter leur site bruxellois.

Agoria tire donc la sonnette d’alarme, affirmant que les travailleurs et les entreprises enregistrent des pertes de temps quotidiennes de plus en plus considérables à cause des embouteillages dans et autour de la capitale belge. Les problèmes de mobilité pèsent aussi sur les candidats travailleurs puisque 55% des entreprises sondées affirment avoir des difficultés à trouver du personnel.

L’enquête révèle aussi que 90% des personnes qui travaillent en Région bruxelloise ont vu, en moyenne, leur temps de déplacement entre leur domicile et leur lieu de travail s’allonger de 21% au cours de ces trois dernières années. La moitié des entreprises technologiques affirment en outre ne plus être desservies par les transports en commun. Un tiers d’entre elles disent ne pas disposer d’assez de places de parking pour leur personnel.

Selon Agoria, « tout cela rend Bruxelles moins attrayante comme lieu d’établissement pour les entreprises, mais aussi pour le recrutement de personnel ». Et elle donne l’exemple de la Sabca, à Evere, qui fabrique des pièces détachées pour les avions. Cette entreprise affirme perdre de plus en plus de collaborateurs à cause des embouteillages quotidiens.

Agoria demande donc aux autorités bruxelloises compétentes de veiller à une meilleure accessibilité des parcs d’activités économiques, mais aussi à de bonnes liaisons des transports en commun vers ces zonings économiques.

Le Secrétaire d’Etat bruxellois à la Mobilité, Bruno De Lille, a affirmé ce jeudi partager les inquiétudes de l’industrie technologique sur les problèmes de mobilité à Bruxelles. Il souligne que le plan de mobilité stratégique Iris2, adopté l’an dernier par la Région bruxelloise, vise à une diminution de 20% de la pression automobile, pour garantir la puissance économique de Bruxelles.