"J’ai découvert une Flandre sympathique et solidaire"

Lors de l’émission dominicale "De zevende dag" sur la VRT, Elio Di Rupo a déclaré qu’il avait découvert depuis qu’il était Premier ministre, une autre Flandre. "Il y a une grande différence entre les disputes entre partis au Parlement et la rencontre de gens dans la rue. Le fait qu’il y ait une Flandre très sympathique, dynamique et solidaire est pour moi très important".

Elio Di Rupo a ajouté qu’il avait l’intention d’aller à la rencontre des gens et d'être le Premier ministre de tous les Belges.

Le Premier ministre ne pense pas que sa connaissance insuffisante du néerlandais soit un handicap mais il ajoute qu’il fait tout pour l’améliorer en suivant des cours et en parlant le plus possible avec ses collaborateurs néerlandophones.

"Le gouvernement du changement"

Concernant les critiques de la N-VA, Elio Di Rupo a répété que son gouvernement était celui du changement.

Il a notamment cité les réformes des pensions et celles de la politique de l'emploi ainsi que les réformes institutionnelles. Ces réformes n’auraient pas été possibles avec la N-VA. "Je respecte Bart De Wever, j’ai négocié avec lui pendant un an, mais il était impossible qu’il fasse un compromis, les autres partis ont pris leurs responsabilités" a encore déclaré Elio Di Rupo.

Budget

Elio Di Rupo admet qu’il faudra prendre de nouvelles mesures en février prochain pour réduire le déficit budgétaire. "Le gouvernement doit maintenir le déficit en dessous des 3%, il faudra donc un effort supplémentaire". Le Premier ministre a cependant refusé de donner des chiffres. "Il est encore trop tôt pour dire ce que nous allons faire. Le gouvernement décidera en février" a-t-il encore déclaré.