Perquisition aux évêchés de Bruges et Gand

Après avoir mené ce lundi des perquisitions aux sièges des évêchés d’Anvers, Hasselt et Malines-Bruxelles, la police judiciaire fédérale s’est rendue ce mardi matin au siège de l’évêché de Bruges (Flandre occidentale), puis à celui de Gand (Flandre orientale). Ces perquisitions sont aussi effectuées dans le cadre de l’opération Calice qui porte sur des cas d’abus sexuels d’enfants commis dans le cadre d’une relation pastorale.

L’évêché et le porte-parole de la conférence épiscopale avaient confirmé tôt ce mardi matin qu’une perquisition était en cours au siège de l’évêché de Bruges. Il semblerait que les enquêteurs étaient là également à la recherche de dossiers portant sur des cas spécifiques d’abus sexuels commis par des prêtres ou des religieux, qui ont été nommés par des victimes. Ils auraient emporté une dizaine de dossiers à l'issue de la perquisition.

Ils se sont ensuite rendus au siège de l'évêché de Gand, où leur perquisition a pris fin peu avant 13h. Les enquêteurs auraient emporté une bonne dizaine de dossiers. Ils se sont ensuite rendus chez les Frères de la Charité, à Gand, d'où ils auraient emporté 6 dossiers concernant des religieux qui auraient abusé d'enfants.

Ce lundi, les enquêteurs avaient emmené divers dossiers à la suite de leurs perquisitions aux évêchés de Hasselt, Anvers et Malines-Bruxelles, effectuées à la demande du juge d’instruction bruxellois Wim De Troy. Au total, les perquisitions menées ces lundi et mardi en Flandre auraient permis à la police d'emporter une cinquantaine de dossiers.

Dans le cadre de l’opération Calice, lancée en 2010, les enquêteurs sont plus particulièrement à la recherche d’indices pouvant servir à démontrer que des évêques ou d’autres responsables au sein de l’Eglise ont couvert des prêtres qui se sont rendus coupables d’abus sexuels sur des enfants. Il s’agit moins, pour les enquêteurs, de trouver des preuves sur les faits d’abus mêmes, étant donné que les dossiers sont souvent prescrits.