Deux attractions bruxelloises menacées

Mini-Europe et Océade (photo principale) fermeront définitivement leurs portes le 31 août 2013 si la Ville de Bruxelles ne modifie pas son approche pour le réaménagement du plateau du Heysel. C’est ce qu’a déclaré ce mardi, au cours d’une conférence de presse, le propriétaire des deux parcs Thierry Meeùs.

La semaine dernière, le gouvernement bruxellois avait donné son feu vert à l’ambitieux projet NEO, un large plan de réaménagement du plateau du Heysel à Bruxelles, qui comprend la construction de 750 logements, d’une salle de spectacle, d’un palais de congrès et de surfaces commerciales.

Le nouveau projet laisse de la place à deux attractions qui trônent actuellement sur le plateau du Heysel, à savoir Mini-Europe et Océade. A condition cependant qu’Océade soit déplacé de 100 mètres, qu’une partie de Mini-Europe disparaisse et qu’une autre partie en devienne gratuite, déclarait ce mardi lors d’une conférence de presse le propriétaire des deux attractions, Thierry Meeùs. « Bref, on ne nous permet que de subsister partiellement, à condition qu’Océade et Mini-Europe soient pratiquement entièrement reconstruites et ne soient donc plus exploitables financièrement ».

Thierry Meeùs, qui loue les terrains à la Ville de Bruxelles est scandalisé par son comportement. Il a lancé une pétition sur les deux sites internet de ses attractions pour tenter de les conserver au Heysel. Océade (240.000 visiteurs) et Mini-Europe (356.000) ont attiré l’an dernier 596.000 visiteurs, soit un quart de tous les visiteurs des musées et attractions à Bruxelles. Les deux parcs ont réalisé un million et demi d'euros de bénéfices.

« Sauf retournement de la situation, les deux parcs de loisirs bruxellois fermeront leurs portes le 31 août 2013 », a déclaré Meeùs, faisant allusion à la fin du bail des deux parcs. La Ville de Bruxelles a réagi en affirmant que « Mini-Europe et Océade n’ont jamais été écartés du projet NEO.