KBC réalise un bénéfice de 437 millions au 4e trimestre

KBC a terminé l'exercice 2011 de justesse dans le vert et dégage un bénéfice net de 13 millions d'euros. Ce résultat positif est dû essentiellement au dernier trimestre 2011 qui a vu le bancassureur réaliser un bénéfice net de 437 millions d'euros.

Les bénéfices réalisés lors du dernier trimestre de l’année sont remarquables étant donné la conjoncture économique actuelle. Au troisième trimestre 2011, KBC avait essuyé une énorme perte de 1,579 milliard d'euros.

Jan Vanhevel, (photo) directeur général de KBC, souligne la progression dans la réalisation du plan stratégique malgré "des conditions de marché particulièrement difficiles".

KBC a également cédé sa filiale d'assurance polonaise Warta, ce qui devrait avoir une incidence favorable de quelque 0,3 milliard d'euros sur son compte de résultats.

Sur l'ensemble de l'exercice 2011, KBC a dégagé un bénéfice net de 13 millions d'euros, atténué principalement par les désinvestissements et les réductions de valeur.

Le résultat sous-jacent progresse, à 1,098 milliard d'euros. En 2010, la KBC avait obtenu un bénéfice de 1,86 milliard d'euros.

En tenant compte de la pénalité versée et du coupon dû sur les titres du capital de base vendus à l'Etat belge et à la Région flamande, KBC enregistre toutefois une perte par action de 1,93 euro pour 2011.

KBC annonce enfin le versement d'un "dividende technique" de 0,01 euro par action.

KBC va rembourser 4,7 milliards d'aide publique

KBC, qui a bénéficié dans la foulée de la crise financière de 2008 du soutien de l'Etat fédéral et de la Région flamande, compte bien parvenir à rembourser 4,67 milliards d'euros d'aide publique d'ici la fin 2013, a laissé entendre le CEO de KBC, Jan Vanhevel, jeudi dans le cadre de la publication des résultats annuels du bancassureur.

KBC, mis en difficulté par la crise financière, avait bénéficié en 2008-2009 d'une manne de 7 milliards d'euros d'aides publiques, 3,5 milliards d'euros de la part de l'Etat fédéral et la même somme du gouvernement flamand.

Le 2 janvier dernier, KBC a remboursé une première tranche de 500 millions d'euros de YES, pour "yield enhanced securities", au gouvernement fédéral. A ces 500 millions d'euros se sont ajoutés une pénalité de 15%.
"Nous avons l'objectif de rembourser plus cette année (en 2012, ndlr)", a indiqué au cours d'une conférence de presse M. Vanhevel, tout en se disant convaincu que KBC sera en mesure de rembourser d'ici la fin 2013, 4,67 milliards d'euros d'aides d'Etat.
"Une chose est certaine. Nous allons tout rembourser jusqu'au dernier cent, y compris les pénalités", a répondu Jan Vanhevel à la question de savoir si KBC parviendrait à rembourser à temps les autorités.
Selon le CEO, KBC dispose de trois possibilités pour libérer du capital supplémentaire: en réduisant son profil de risques, en réservant les bénéfices réalisés et en poursuivant son programme de désinvestissements. A ce propos, après la vente de la filiale d'assurance polonaise Warta en janvier, M. Vanhevel a indiqué, sans vouloir entrer dans les détails, que "d'importants progrès" ont été enregistrés dans le cadre de la cession de la Polonaise Kredyt Bank.