645 millions de bénéfice pour ING Belgique

ING Belgique a clôturé son exercice 2011 sur un bénéfice net de 645 millions d'euros, en baisse de 26% par rapport aux 866 millions engrangés un an plus tôt. Ce résultat a été particulièrement affecté par les dépréciations sur les obligations de l'Etat grec, d'un montant de 242 millions d'euros avant impôts, sur base annuelle, ont commenté vendredi les responsables du groupe bancaire au cours d'une conférence de presse.

"Après cet ajustement, l'exposition résiduelle au risque grec est devenue marginale et non significative", a précisé Guy Benadia, le directeur financier d'ING Belgique.
 

Par ailleurs, les résultats du groupe ont également souffert d'une hausse sensible des impôts en Belgique, ceux-ci ayant un impact négatif de 75 à 80 millions d'euros, a ajouté le responsable financier en pointant par contre l'"extrême solidité" du bénéfice avant impôts et hors éléments exceptionnels.
Celui-ci s'est établi à 979 millions d'euros, en légère hausse par rapport à l'année précédente, "ce qui démontre le succès de notre positionnement en tant que banque universelle directe", a poursuivi Guy Benadia.

Autre motif de satisfaction pour le groupe bancaire: la hausse du nombre de clients actifs en banque de détail, où plus de 85.000 nouveaux clients ont été comptabilisés. "Notre stratégie a joué un rôle clé dans cette évolution puisqu'en 2 ans, le nombre de comptes d'épargne ouverts en ligne est passé de 20% du total en 2009 à 28% en 2011", a encore indiqué le directeur financier. "Parallèlement, l'encours des comptes d'épargne a également enregistré une hausse de l'ordre de 3 milliards d'euros (+8,8%), pour atteindre 37 milliards d'euros fin 2011", a-t-il ajouté.
Guy Benadia s'est encore réjoui de la croissance nette des crédits (+7,2 milliards d'euros, soit une progression de 12%), essentiellement due aux crédits hypothécaires (+11%), aux prêts à tempérament pour les particuliers et professions libérales (+17%) et aux prêts aux entreprises (+12%).
"Afin de mieux préparer l'avenir, des investissements de l'ordre de 220 millions d'euros seront réalisés au cours des 4 prochaines années pour continuer à étoffer le modèle multicanal d'ING Belgique", ont poursuivi le directeur financier et l'administrateur délégué d'ING Belgique, Ralph Hamers.
Enfin, en termes d'engagements, quelque 700 nouveaux collaborateurs devraient rejoindre les rangs d'ING Belgique en 2012, les recrutements sur les 5 dernières années s'étant élevés à 4.700 personnes.
Malgré un contexte économique difficile, "nous avons le capital et les moyens de nos ambitions, d'autant que notre profil de risque est 'extrêmement' sous contrôle", a conclu Guy Benadia en se déclarant toutefois "prudent" pour l'avenir.