Le Bureau du plan confirme une croissance à 0,1%

Le Bureau du Plan a confirmé vendredi que le taux de croissance de l'économie belge devrait s'établir à 0,1% cette année, après une croissance de 1,9% l'an dernier.

Cette année, la croissance trimestrielle de l'économie belge devrait demeurer très modeste compte tenu de la reprise très graduelle de la conjoncture européenne et des mesures de consolidation budgétaire décidées par le gouvernement.

L'activité économique devrait se stabiliser au premier trimestre et ensuite renouer avec une faible croissance tirée par les exportations (jusqu'à 0,2% au quatrième trimestre). Sur base annuelle, la croissance économique ne devrait pas dépasser 0,1% en 2012, commente le Bureau du Plan.

Baisse du revenu disponible des ménages

Pour la zone euro, la croissance du PIB devrait être légèrement négative en 2012 (-0,3%), ce qui constitue une forte révision à la baisse par rapport aux prévisions de septembre du Bureau (1,2%).

En 2012, les exportations devraient afficher une croissance annuelle limitée (+0,5%), par rapport aux 5% de 2011. Le cours élevé du pétrole et la croissance limitée des exportations dégradent nettement le solde des opérations courantes de la balance des paiements, celle-ci devant enregistrer un déficit courant de 1% du PIB en 2012.

En matière de pouvoir d'achat, si son évolution a été soutenue l'an dernier par la progression de l'emploi et la hausse relativement limitée du produit (net) de l'impôt des personnes physiques (accélération de l'enrôlement), la faible conjoncture et les récentes mesures budgétaires devraient se solder par une baisse du revenu disponible réel des ménages de 1% pour 2012.

Toujours pour cette année, la croissance des investissements des entreprises devrait légèrement s'accélérer, à l'instar de l'activité économique. Sur base annuelle, elle ne dépasserait toutefois pas 0,9%.

Les investissements des ménages dans l'immobilier résidentiel devraient reculer de 3,2%, prévoit encore le Bureau alors que les investissements publics progresseraient de près de 12%, boostés notamment par la tenue des élections communales et provinciales de l'automne prochain.

Seuls 6.400 emplois créés en 2012

Les créations d'emploi se sont enrayées à partir de la mi-2011 vu la faible conjoncture, et ne devraient se redresser que légèrement dans le courant de cette année pour atteindre les 6.400 unités en moyenne.

Les titres-services joueront encore un rôle important cette année en la matière. Le taux de chômage passerait de 7,2% l'an dernier à 7,5% en 2012.

L'inflation ralentit quelque peu en 2012 et atteint 2,7% en moyenne après s'être établie à 3,5% en moyenne en 2011. La croissance de l'indice santé atteindrait également 2,7% alors que l'indice pivot pour les traitements de la fonction publique et les allocations sociales (119,62) devrait être dépassé en octobre 2012.