"Une poubelle tous les 100 mètres à Bruxelles"

Dans son Plan propreté 2012-2017 qui a pour slogan « Keep Brussels Beautiful » (‘Gardez Bruxelles belle’), le Secrétaire d’Etat bruxellois à la propreté publique Emir Kir (PS, photo principale) prévoit l’installation d’une poubelle tous les 100 mètres sur les voiries régionales d’ici 2007, mille corbeilles publiques sélectives, 20 toilettes publiques pour 2015 et un nouveau centre de récupération et de réemploi des déchets. Le nombre de toilettes a néanmoins été réduit à un dixième de ce qui avait été prévu à l’origine.

Le plan propreté 2012-2017 a été approuvé jeudi par le gouvernement bruxellois et était présenté ce vendredi par le Secrétaire d’Etat à la propreté publique, Emir Kir. Il comprend 20 mesures-phares pour les cinq années à venir.

Ainsi, d’ici 2017, il devrait y avoir une poubelle tous les 100 mètres dans le centre de la capitale. D’ici 2015, Bruxelles devrait également être équipée de mille corbeilles publiques sélectives et de 20 toilettes publiques. A l’origine, quelque 200 toilettes étaient prévues, mais leur nombre a été nettement restreint. Elles seront cependant toutes équipées de fontaines d’eau potable.

Le plan propreté prévoit en outre un nouveau centre de récupération et de réemploi de déchets, comme notamment les déchets encombrants. La Région capitale entend aussi s’attaquer à la surpopulation des pigeons, très salissants.

Le Secrétaire d’Etat a également décidé de doubler et donc de porter à 70 le nombre de zones-phares. Il s’agit de lieux très fréquentés, qui subiront des opérations de nettoyage quotidiennes. Des brigades mobiles seront en outre chargées d’intervenir rapidement pour évacuer des dépôts sauvages de déchets. Une liste des zones noires sujettes aux dépôts clandestins sera établie en collaboration avec les communes.

Un volet répressif

Partant du principe que la propreté est l’affaire de tous, le Plan comprend également un volet répressif dans lequel seront impliquées les polices locales. Les sanctions pour des déjections canines ou le dépôt de sacs-poubelles en dehors des heures de levée des immondices seront ainsi harmonisées.

L’agence Bruxelles Propreté étendra ses campagnes d’information au public et communiquera en plusieurs langues. La mise en œuvre du plan sur 5 ans devrait coûter un peu plus de 43 millions d’euros.