1.000 citoyens européens expulsés pour fraude sociale

A la fin de l’an dernier, quelque 1.000 ressortissants de l’Union européenne résidant en Belgique ont été priés de quitter le pays parce qu’ils avaient sollicité auprès de centres publics d’aide sociale, sans y avoir droit, une aide financière. C’est ce qu’a indiqué la Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Maggie De Block (Open VLD, photo dans le texte), en réponse à une question parlementaire. L’information est rapportée par le journal dominical De Zondag.

La collaboration plus étroite entre l’Office des étrangers et le ministère à l’Intégration sociale semble porter ses fruits.

L’Office des étrangers reçoit en effet maintenant du ministère et des centres publics d’aide sociale (CPAS) des données sur les citoyens européens qui se sont installés en Belgique et y reçoivent un salaire minimum vital ou un soutien financier. L’Office peut alors décider de leur retirer leur permis de séjour.

C’est ce qui s’est passé fin 2011 pour près de 1.000 ressortissants d’un pays de l’Union européenne (ce qui correspond à un peu plus de 500 dossiers). Ils sont donc tenus de quitter la Belgique. L’Office des étrangers a estimé qu’ils constituaient une « charge déraisonnable » pour la sécurité sociale.

La collaboration entre l’Office des étrangers, le ministère à l’Intégration sociale et les CPAS a permis d'augmenter de 40% le nombre de ressortissants de l’UE expulsés pour fraude sociale entre 2010 et 2011, le faisant passer de 600 personnes à près de 1.000 personnes.