Stijn Staelens tué d’une balle

Le châtelain de Wingene, dont le corps a été retrouvé vendredi enterré dans un bois à Maria-Aalter et a subi une autopsie samedi, est décédé d’une blessure par balle dans le poumon droit. L’information a été divulguée par le parquet de Bruges.

L’autopsie pratiquée ce samedi sur le corps du châtelain de 34 ans père de quatre enfants, disparu depuis le 31 janvier et dont la dépouille a été retrouvée vendredi midi dans un puits dans le bois de Maria-Aalter (Flandre occidentale), devait apporté des détails sur les causes et circonstances de son décès. Jusqu’à présent, le parquet de Bruges refuse de parler d’un meurtre et préfère affirmer que Stijn Saelens (photo) est décédé d’homicide volontaire.

L’autopsie a en tous cas permis de conclure que la victime a été atteinte d’une balle au poumon droit, avant de mourir étouffé par le sang. Le parquet de Bruges s’est limité à cette information samedi soir, un examen toxicologique et balistique devant encore être effectué dans les prochains jours.

Le parquet n’a pas non plus voulu confirmer des rumeurs faisant état de la découverte d’armes. La rédaction de la VRT a cependant appris de sources fiables que des armes de choc électrique illégales ont été découvertes lors de perquisitions. Il n’est cependant pas certain qu’elles aient un rapport avec l’affaire Saelens.

Les trois principaux suspects - le beau-père et le beau-frère de la victime, ainsi qu’un homme de 61 ans ami du beau-père et connu de la justice qui résidait dans un chalet situé tout près de l’endroit où a été retrouvé le corps du châtelain - comparaîtront mardi devant la chambre du conseil de Bruges, qui devra confirmer ou non leur mandat d’arrêt pour une durée d’un mois.