Un procès contre les Hells Angels suspendu

L’un des inculpés du procès contre deux membres du groupe de motards Hells Angels a demandé à ce que les juges soient remplacés, accusant ces derniers de partialité. Les deux principaux accusés sont soupçonnés de tentative de meurtre. Le procès qui se tient à Courtrai à temporairement été suspendu.

Les deux motards des Hells Angels comparaissent pour tentative de meurtre contre trois membres du groupe rival des Outlaws, en octobre 2009, à Aalbeke, en Flandre occidentale.

Christian M., l’un des deux inculpés, et son avocat Joris Van Cauter, ont exprimé leur méfiance à l’encontre des juges qu’ils estiment partiaux. Joris Van Cauter a dans ce cadre fait une demande de récusation.

"J’ai en ma possession des documents qui témoignent de contacts entre le Ministère public et les juges, des contacts dont je n’ai jamais été mis au courant, et qui ont fait perdre la confiance de mon client en l'impartialité et l’indépendance des juges", a indiqué l’avocat.

Selon ce dernier, de tels contacts ne peuvent se tenir qu’au sein même de la salle d’audience afin que tout le monde soit au courant.

A la suite de cette demande de récusation, le procès a temporairement été suspendu et subira par ailleurs des ralentissements. Les juges ont en effet 48 heures pour se prononcer sur la demande. S’ils acceptent la récusation, trois nouveaux juges seront nommés à leur place. S’ils estiment que la récusation n’est pas nécessaire, il reviendra à la cour d’appel de trancher.

Cette tournure inattendue du procès a également changé le programme des audience. La confrontation planifiée avec l’ancien Hells Angel Français qui, lors de l’enquête, avait brisé le silence et raconté ce qu’il savait sur les évènements d’octobre 2009, n’a donc pas pu avoir lieu. L’homme s’était spécialement rendu au tribunal pour y témoigner. Il avait, dans ce cadre, bénéficié d’une escorte sous haute protection.