La vente de voitures ralentit

Au cours des deux premiers mois de cette année, le nombre d’automobiles vendues en Belgique a diminué de 20% par rapport à la même période en 2011. C’est ce qu’indique la Fédération belge de l’industrie de l’automobile (Febiac). En cause, essentiellement, la suppression de la prime gouvernementale à l’achat d’une voiture moins polluante.

Si l’on en croit les chiffres de la Fédération belge de l’industrie de l’automobile, la vente des voitures a diminué de 20% dans notre pays au cours des deux premiers mois de 2012, par rapport à la même période l’an dernier. Cette baisse est d’autant plus remarquable qu’un Salon de l’auto se tenait au début de l’année, rapportent ce lundi les journaux du groupe de presse Concentra.

Selon Joost Kaesemans, directeur de la communication à la Febiac, l’une des causes principales de la baisse des ventes serait la suppression, à la fin de l’an dernier, de la prime gouvernementale allouée lors de l’achat d’une voiture qui dégage moins de CO2. « Un nombre très important de consommateurs qui avaient l’intention d’acheter une nouvelle voiture au début de cette année ont alors avancé l’achat et l’enregistrement de leur véhicule à la fin de 2011. Ils ont ainsi encore pu profiter de la prime écologique ».

Mais le climat économique général et la nouvelle taxe flamande à l’enregistrement de véhicules annoncée pour le 1er mars jouent également un rôle dans la baisse des ventes. A cela s’ajoute l’incertitude persistante sur la fiscalité des voitures de société.

Les taxes sont actuellement recalculées, en tenant compte de la valeur catalogue d’un véhicule et de ses émissions de CO2. Ce qui a pour conséquence que les personnes qui conduisent une voiture de société plus grande ou moins écologique devront débourser davantage.

La Febiac signale d’ailleurs que des marques telles qu’Audi, Mercedes et BMW ont vu un net recul des ventes dans leur segment de luxe.