"Le redoublement scolaire est inefficace"

D’après une étude menée par des chercheurs de l’Université catholique de Louvain (KU Leuven) à la demande du département flamand de l’Enseignement, repasser une année à l’école primaire n’améliore pas pour autant la prestation scolaire de l’élève. Une amélioration n’est enregistrée que lors de l’année bis en question.

Lors de l’année académique 2009-2010, 2,68% des élèves de l’enseignement primaire ont dû repasser leur année. Dans l’enseignement secondaire, le redoublement concerne 5,33% des élèves. La moyenne en Flandre est élevée par rapport à d’autres pays européens.

D’après les chercheurs de la KUL, ce pourcentage élevé est lié au fait que les écoles flamandes considèrent le redoublement comme utile pour permettre aux élèves les plus faibles d’avoir davantage de temps afin d’assimiler les matières. Mais selon les chercheurs qui ont mené l’étude, le redoublement n’est pas un bon remède. En effet, les prestations scolaires des élèves concernés ne s’améliorent pas, mis à part lors de l’année repassée.

"En fait, le redoublement est une sorte d’échec", indique Goedroen Juchtmans de la KUL. "Pour l’instant, on se concentre principalement sur les échecs de l’élève, alors que si nous adoptions le point de vue de l’élève et si nous considérions davantage la manière dont il peut évoluer, on aurait de meilleures prestations".

Dans certains autres pays européens comme la Norvège ou l’Islande, les élèves passent automatiquement leur année. L’enseignement y est ainsi moins orienté vers une ‘classification’ des élèves. Il s’agit souvent de systèmes d’enseignement dans lesquels tous les élèves suivent le même programme jusqu’à l’âge de 15 ou 16 ans, et où l’on joue sur la différentiation scolaire, selon les besoins spécifiques des élèves dont la prestation est plus faible.