Grève spontanée chez Philips à Turnhout

Un mouvement de grève spontané a été déclenché ce mercredi à 6 heures sur le site de Turnhout du groupe d'électronique Philips. Le déménagement planifié d'une petite division de lampes de l'entreprise vers la Chine, annoncé hier, est à l'origine du mouvement de grogne. Les travailleurs, qui ont finalement suspendu leur mouvement, attendent les explications de la direction.

La grève a débuté dans le département concerné mais la moitié de l'usine s'était  entre-temps montrée solidaire.

"Il s'agit uniquement d'un département de production de 25 personnes mais le personnel a le sentiment que c'est un projet à l'essai. S'il fonctionne, d'autres divisions pourraient également déménager, craint le personnel", a déclaré Erwin Oris de la FGTB.

Selon le syndicat socialiste, le déménagement de cette petite division de lampes vers Shanghai constitue un dangereux précédent car ce serait la première fois qu'un département qui produit pour l'Europe n'est plus implanté sur le Vieux Continent. "Il s'agit d'une rupture par rapport aux précédents accords", affirme Serge Seret du SETCa.

"Cette annonce a été faite sans aucune forme de concertation", regrette le délégué SETCa. "Un accord chez Philips prévoit que la production pour le marché européen se déroule en Europe. Cet accord est menacé." La direction de Philips n'a d'après elle aucune connaissance de ce type d'accord.

A Turnhout, Philips emploie 1.300 personnes. Seules 25 personnes travaillent pour le département concerné qui produit des lampes à réflecteur. Le déménagement est prévu pour cette année encore. La direction a précisé que celui-ci n’entraînerai pas de licenciements, les travailleurs devant être repris dans d’autres divisions du site du Turnhout.