Qu’est ce qui change ce 1er mars ?

Le montant de la taxe de mise en circulation des voitures en Flandre sera dorénavant calculé sur base de leurs émissions de CO2, et non plus en fonction de leur puissance. Et le brasseur AB InBev augmente d’environ 5,8% le prix de sa bière livrée aux cafés.

Dès ce jeudi, le montant de la taxe de mise en circulation des voitures, voitures mixtes et minibus neufs ou achetés d’occasion en Flandre ne sera plus calculé sur base de la puissance et de l’ancienneté du véhicule, mais en fonction de la norme européenne de qualité de l’air et des émissions de CO2.

La Flandre souhaite ainsi stimuler ses citoyens à acheter des modèles de voitures qui sont moins polluants. Le nouveau calcul s’applique aussi aux voitures de sociétés, à moins qu’il ne s’agisse d’un véhicule mis à disposition via une compagnie de leasing.

Pour les voitures de seconde main, une mesure transitoire de trois ans est prévue. Pour les nouvelles voitures, une mesure transitoire de deux mois est instaurée. Les consommateurs qui enregistreront leur véhicule en mars et avril de cette année verront leur taxe de mise en circulation calculée sur base tant de l’ancienne que de la nouvelle formule. Seule la facture la moins élevée leur sera ensuite présentée.

Bière plus chère dans les cafés

Comme annoncé fin 2011, le géant brassicole belgo-brésilien AB InBev augmente ce 1er mars le prix de ses bières vendues dans les magasins. L’augmentation moyenne est de 5,9%. Les bières du groupe servies dans les cafés seront donc aussi plus chères dès ce jeudi.

L’entreprise brassicole installée à Louvain (Brabant flamand) justifie l’augmentation de ses prix par une hausse des coûts de production et de logistique. Les matière premières et l’énergie sont devenus nettement plus onéreux, précise AB InBev.